Hadj 2020 : Début du pèlerinage ce mercredi

Coronavirus en Arabie Saoudite : Le grand pèlerinage de La Mecque a commencé, avec des mesures sanitaires…

Covid-19: La Mecque s'apprête à accueillir un pèlerinage très réduit

Pour éviter que le hadj ne se transforme en "super-contaminateur", à la manière du rassemblement évangélique de Mulhouse (Haut-Rhin) fin février mais à la puissance 1 000, les autorités saoudiennes ont décidé de maintenir la fermeture de La Mecque aux pèlerins étrangers. La pandémie de la Covid19 qui sévit à travers le monde a fortement impacté le Hadj 2020 qui n'a pas connue une grande affluence contrairement aux années précédentes.

Au lieu de voir défiler 2,5 millions de fidèles, comme l'année dernière, la cité la plus sainte du monde musulman ne devrait accueillir que quelques milliers de croyants, 10 000 au maximum. Ce qui engendrera fortement une grande perte au plan budgétaire. Leurs bagages ont été désinfectés, selon des images des médias officiels. On leur a remis un bracelet blanc qui contient une puce électronique, capable de retracer leurs déplacements.

La Kaaba, construction à la forme de cube située au centre de la Grande mosquée de La Mecque en direction de laquelle l'ensemble des musulmans dans le monde prient, a été nettoyée et désinfectée par des ouvriers.

Il s'agit de l'un des cinq piliers de l'islam que tout fidèle est censé accomplir au moins une fois dans sa vie, s'il en a les moyens.

L'Arabie saoudite compte 270 000 cas de Coronavirus, l'un des taux d'incidence les plus élevés du Moyen-Orient. Soumis à des tests de dépistage et placés en quarantaine à leur arrivée, les fidèles sélectionnés devront encore observer une quarantaine après le pèlerinage. Si la sélection des pèlerins a été critiquée, le ministre du Hajj Mohammed Benten a insisté sur la transparence du processus, soulignant que le critère déterminant avait été "la protection de la santé" des participants.

"Je ne m'attendais pas à être béni parmi des millions de musulmans", s'est réjoui le pèlerin émirati Abdallah Al-Kathiri. Et, pour autant qu'on puisse dire, le nombre des fidèles est inédit.

Plutôt que de se tenir debout et de prier côte à côte dans une mer de personnes de différents horizons, les pèlerins de cette année doivent se tenir à l'écart et se déplacer en petits groupes de 20 pour limiter la propagation de la maladie.

Chaque pèlerin dépense généralement plusieurs milliers de dollars mais cette année, le gouvernement saoudien couvre la plupart des dépenses y compris l'hébergement et les repas, selon certaines sources.

En temps normal, le hajj et la omra rapportent environ 16,2 milliards $ CAN par an à l'Arabie saoudite. En revanche, le petit pèlerinage, ou " omra ", suspendu en mars, peut être accompli tout au long de l'année. Après avoir dû faire face à la baisse de ses recettes pétrolières, l'Arabie Saoudite doit donc composer avec cet effondrement d'une autre partie de son activité.

Dernières nouvelles