Le brief éco du jeudi. Le mythique Boeing 747 prend sa retraite

Les Boeing 737 MAX s'alignent toujours sur les parkings dans l'attente d'un feu vert de l'administration américaine pour avoir à nouveau le droit de voler. le patron de Boeing parle à présent du quatrième trimestre 2020

Boeing siffle la fin définitive de la production du 747-8

Son chiffre d'affaires a chuté de 25% sur la période à 11,81 milliards de dollars. Sur une base ajustée, la perte ressort à 4,79 dollars (4,07 euros environ) par action, supérieure aux attentes des analystes qui prévoyaient en moyenne une perte de 2,54 dollars (2,16 euros environ), selon les données IBES de Refinitiv.

Le chiffre d'affaires de la division consacrée aux services a reculé de 23%.

Le "Jumbo Jet" de Boeing, qui aura largement contribué à la démocratisation du voyage aérien durant les décennies 70 et 80, aura été l'un des plus grands succès de l'avionneur américain, avec un total de 1571 exemplaires commandés, toutes versions confondues.

Mais une telle capacité - et la consommation de carburant qu'elle implique -, le rendait moins rentable pour des sociétés transportant beaucoup moins de passagers depuis le début de la pandémie de coronavirus. La décision fait suite à celle de plusieurs compagnies, qui vont retirer peu à peu cet appareil de leur flotte en raison de la crise du coronavirus.

Le titre Boeing gagnait près de 1% à l'ouverture de Wall Street. Et le groupe a perdu au total 2,4 milliards de dollars.L'avionneur avait prévenu au printemps que, pour s'adapter au nouveau paysage aérien, ses cadences allaient ralentir.

Du côté des salariés, après une coupe nette de 10% dans les effectifs en 2020 (mises à pied volontaires, attrition et mises à pied involontaires), "nous devrons évaluer davantage la taille de notre main-d'œuvre", poursuit David Calhoun, précisant que "l'impact prolongé du COVID-19 entraîne de nouvelles réductions de nos taux de production et une baisse de la demande de services commerciaux". Mais à long terme, le groupe espère toujours que la situation se rétablira d'ici trois ans, d'autant plus que l'arrivée d'un vaccin semble se rapprocher.Il est ainsi un peu plus optimiste que l'Association internationale du transport aérien (Iata), qui a estimé mardi que le trafic aérien mondial ne retrouverait pas son niveau d'avant-crise avant 2024. Il va surtout arrêter la production de son appareil mythique le " Jumbo Jet ". Mais le temps du "Jumbo Jet", quadriréacteur gourmand en kérosène, était compté face à la concurrence de biréacteurs modernes.

Dernières nouvelles