Le PIB français chute de 13,8 % au deuxième trimestre — Coronavirus

L'économie allemande accuse une contraction de 10,1% au deuxième trimestre

États-Unis : la première puissance mondiale entre officiellement en récession

La contraction du PIB est largement due à la baisse des dépenses de consommation (composante majeure du Produit intérieur brut) qui ont baissé de 34,6% au deuxième trimestre, en rythme annualisé également, analyse l'AFP.

Depuis qu'il mesure l'activité économique française de façon trimestrielle, jamais l'Institut national des statistiques n'avait enregistré pareil effondrement.

Il s'agit du "pire recul de l'indicateur depuis le début des mesures trimestrielles du PIB en Allemagne en 1970", bien plus que le précédent record de -4,7% du premier trimestre 2009, au plus fort de la crise financière, a indiqué Destatis dans un communiqué.

Les analystes interrogés par Reuters tablaient en moyenne sur une contraction de 15,3% du PIB et à la mi-juin, l'Insee avait évoqué une prévision de -17%.

L'institut rappelle par ailleurs que cette première estimation, en dépit de l'adaptation de sa méthodologie du fait d'un contexte inédit "reste fragile et est susceptible d'être révisée davantage qu'à l'accoutumée" dans ses prochaines publications.

Les investissements dégringolent de 17,8%, les exportations de 25,5%, tandis que les importations diminuent de 17,3% sur le trimestre.

Mais "la levée progressive des restrictions (a) conduit à une reprise graduelle de l'activité économique aux mois de mai puis de juin, après le point bas atteint en avril", souligne l'Insee.

Le PIB des États-Unis a chuté de 32,9% au deuxième trimestre, en rythme annualisé, un deuxième trimestre consécutif de baisse qui marque l'entrée officielle de la première économie mondiale en récession, selon une estimation préliminaire du département du Commerce publiée jeudi.

Plusieurs indicateurs publiés la semaine dernière confirment un rebond dynamique de l'économie française, comme le redressement de l'activité en juillet mesuré par le cabinet Markit ou le regain de confiance des chefs d'entreprise.

Et si la consommation a dans l'ensemble bien repris, le début des soldes a été "peu dynamique", selon la fédération Procos du commerce spécialisé.

Dernières nouvelles