L'administration Trump cherche à empêcher la sortie des mémoires de John Bolton

John Bolton, ex-conseiller à la sécurité nationale du président des Etats-Unis Donald Trump, a publié un livre explosif dans lequel il revient sur l'épisode de l'assassinat du journaliste saoudien Jamal Khashoggi, tué et démembré en octobre 2018 dans le consulat d'Arabie saoudite à Istanbul. Mais " le gouvernement n'a pas réussi à établir qu'une interdiction empêcherait des dommages irréparables.

Dans un tweet peu de temps après la publication de la décision, Donald Trump a de nouveau accusé John Bolton de divulguer des informations classifiées. "Sa requête est donc rejetée", a-t-il conclu.

Le juge Royce Lambert a décidé qu'il était de toute façon trop tard pour arrêter la publication, car tout son contenu avait déjà été rendu public - " les chevaux s'étaient déjà échappés de l'écurie ". D'après l'auteur du livre, Pompeo, apparemment l'un des plus fidèles partisans de Trump, dénigre secrètement les efforts diplomatiques du locataire de la Maison Blanche, notamment sur la question de la République populaire démocratique de Corée (RPDC). L'éditeur Simon & Schuster a rejeté ces accusations et précisé que "des centaines de milliers de copies" de l'ouvrage avaient déjà été distribuées.

Chine toujours, le président américain aurait également dit au dirigeant chinois qu'il pouvait continuer de construire des camps de regroupement des Ouïghours, communauté musulmane de la région du Xinjiang, alors même que sa propre administration critiquait la politique chinoise de détention de masse.

Le ministère de la Justice a intenté un procès mardi pour empêcher M. Bolton de publier les mémoires.

"Je n'ai pu véritablement discerner aucun autre principe directeur que ce qui est bon pour une réélection de Donald Trump", affirme John Bolton, en évoquant ses dix-sept mois passés au poste de conseiller à la sécurité nationale, d'avril 2018 à septembre 2019.

"Bolton a enfreint la loi, a été dénoncé et blâmé pour l'avoir fait, avec un prix très fort à payer".

"L'accusé Bolton a joué avec la sécurité nationale des États-Unis".

Aux côtés des néoconservateurs, John Bolton fut l'un des architectes de l'invasion de l'Irak en 2003. La Maison Blanche, qui a porté plainte pour bloquer la parution du livre prévue le 23 juin, indique que John Bolton n'a pas fait approuver son manuscrit, contrairement à la procédure requise quand des informations classifiées sont en jeu.

Une chose était sure, le courant avait eu du mal à passer au 44 ème sommet du G7 au Canada entre le président américain Donald Trump et son hôte canadien.

Dernières nouvelles