Allemagne : 17.000 personnes défilent sans masque à Berlin contre les mesures sanitaires

Les manifestants ne portaient pas de masque et ne respectaient pas les distances sociales

15.000 personnes à Berlin pour manifester contre les mesures prises pour contenir le coronavirus

Les organisateurs de la manifestation ont avancé le nombre de 1,3 millions de participants, un nombre contesté par la police.

" Bas les masques", " pas de vaccination obligatoire", " retour des libertés!

Parmi ceux qui se dirigeaient sous une forte chaleur vers la porte de Brandebourg, plusieurs scandaient "nous sommes la deuxième vague", "résistance" ou encore "la plus grande théorie conspirationniste est la pandémie du nouveau coronavirus". J'ai connu beaucoup de malades en mars, des skieurs, des vacanciers, il se passait vraiment quelque chose en février, mais maintenant il n'y a plus de malades. "Les gens qui ne s'informent pas d'eux-mêmes, à l'inverse de nous, restent ignorants et croient ce que le gouvernement leur dit". La plupart des participants ne portaient pas de masque et n'ont respecté aucune distanciation sociale.

Peu d'entre eux portaient un masque, selon un journaliste. "Et la peur affaiblit le système immunitaire", a prétendu Anna-Maria Wetzel, une des 500.000 manifestants présents à Berlin samedi dernier.

Estimés à quelque 20'000 par la police, les manifestants étaient finalement bien moins nombreux que les 500'000 annoncés par les organisateurs de cette mobilisation intitulée "la fin de la pandémie - Jour de la liberté". C'est le titre d'un film de Leni Riefenstahl, réalisatrice nazie, sur la conférence du parti d'Adolf Hitler NSDAP en 1935. Selon l'agence Reuters, la manifestation a notamment rassemblé des libertariens, des militants anti-vaccins, ainsi qu'un groupe de membres de l'extrême droite allemande. Lors d'une manifestation anti-fasciste distincte dans le district de Neukoelln, dans le sud de l'agglomération berlinoise, des protestataires ont lancé des pierres sur les forces de l'ordre, fait exploser des feux d'artifice et endommagé deux véhicules de police et les bureaux d'un parti local.

Plusieurs responsables politiques ont critiqué cette mobilisation. Saskia Esken, responsable des sociaux-démocrates, parti minoritaire de la coalition gouvernementale avec les conservateurs d'Angela Merkel, a fustigé ces 'Covidiots'. "Irresponsable!", a-t-elle twitté.

"Toutefois, le ministre de la Santé, Jens Spahn a réagi à la protestation en approuvant cette dernière, mais pas le comportement des manifestants qui n'ont pas respectés les mesures préventives". Oui, les manifestations doivent également être possibles en période de coronavirus, mais pas comme ça. Le 1er août, leur nombre a augmenté de 955 par rapport à la veille, un niveau qui n'était plus atteint depuis le 9 mai, selon l'Institut sanitaire Robert Koch.

Pour rappel, l'Allemagne a su, jusqu'à présent, gérer la propagation la pandémie qui a enregistré moins de 9 200 morts.

Dernières nouvelles