Les États-Unis retirent 11 900 soldats basés en Allemagne

L’armée américaine repositionne 11.900 militaires hors d’Allemagne vers la Belgique notamment le QG européen déplacé vers Mons

Belga Image

Aujourd'hui, il ajoute très prosaïquement "On en a marre d'être des pigeons, nous réduisons nos forces parce qu'ils ne paient pas". Les Etats-Unis ont décidé de retirer 11 900 militaires hors d'Allemagne, pour en repositionner une partie en Belgique et en Italie, a annoncé mercredi le chef du Pentagone, Mark Esper.

Parmi les soldats qui seront retirés, près de la moitié sera redéployée dans des pays de l'Organisation du traité de l'Atlantique nord (OTAN) tandis que les autres rentreront aux Etats-Unis et entameront pour certains un nouveau déploiement en rotation en Europe, a précisé le chef du Pentagone lors d'une conférence de presse.

Le général Tod Wolters, chef du commandement européen des États-Unis et commandant suprême des forces alliées de l'OTAN, a déclaré qu'une proposition était également à l'étude pour déplacer le quartier général du commandement américain pour l'Afrique vers un autre endroit en Europe. Le Pentagone parle d'un choix stratégique, alors que Donald Trump y voit la conséquence du refus de l'Allemagne de payer davantage pour assurer sa défense.

" Ce remaniement est guidé par 5 principes, dont la dissuasion de la Russie, le renforcement de l'Otan et la consolidation du flanc sud-est de l'Otan près de la mer Noire", a dit M. Esper.

Interrogé sur les commentaires de Trump, Esper a réitéré sa conviction que l'Allemagne devrait consacrer 2% ou plus de ses dépenses aux besoins de défense pour répondre à la norme de l'OTAN. "C'est très simple." Des quelque 34.500 militaires actuellement déployés en Allemagne, quelque 6.400 seront rapatriés aux Etats-Unis tandis que les 5.600 autres seront repositionnés dans d'autres pays de l'Otan, a indiqué M. Esper.

Le sénateur Mitt Romney, R-Utah, a qualifié le déménagement prévu de "grave erreur" et de "cadeau à la Russie".

M. Trump a laissé entendre que ce plan pourrait être revu.

Depuis l'arrivée au pouvoir du gouvernement conservateur du PiS (Droit et Justice), la Pologne avait présenté un vaste plan de modernisation de son armée et relancé les appels pour une base américaine permanente dans le pays avec des "bottes sur le terrain", surnommées "Fort Trump".

Le maire de Stuttgart Fritz Kuhn a regretté cette "mesure punitive contre un allié" et Roger Lewentz, le ministre de l'Intérieur de l'Etat régional de la Rhénanie-Palatinat où sont basés 18.500 soldats américains, a souligné que sa région devait se préparer "à des pertes d'emplois allemands" à cause de cette décision. Cela coûtera des milliards, cela creusera un coin au sein de l'OTAN, et ce sera un cadeau pour la Russie.

Mulroy a déclaré qu'à un moment où les services de renseignement russes auraient lancé un programme de primes pour cibler les troupes américaines en Afghanistan, les États-Unis " devraient chercher des moyens de les sanctionner ".

Dernières nouvelles