La mouvance prodémocratie promet de poursuivre la "résistance" — Hong Kong

HONG KONG LA POLICE ARRÊTE QUATRE PERSONNES DANS LE CADRE DE LA LOI SÉCURITAIRE

HONG KONG LA POLICE ARRÊTE QUATRE PERSONNES DANS LE CADRE DE LA LOI SÉCURITAIRE

Pour résoudre ce dilemme entre la loi de Hong Kong et cette ancienne législation de l'époque coloniale, et face aux protestations de l'opposition, Carrie Lam va sans aucun doute s'en remettre à Pékin, même si elle a rappellé que de nombreux pays, y compris le Royaume-Uni, ont d'ores et déjà pris de telle décision.

Les candidatures aux législatives hongkongaises de douze militants prodémocratie, parmi lesquels Joshua Wong, figure du mouvement des Parapluies, ont été invalidées.

" Notre résistance se poursuivra et nous espérons que le monde se tiendra à nos côtés dans les batailles à venir ", a déclaré ce dernier lors d'une conférence de presse. Plus de 600 000 Hongkongais ont participé à la mi-juillet aux primaires organisées par les partis du camp pro-démocratie dans la ville de 7,5 millions d'habitants.

"Joshua Wong, qui n'avait déjà pas eu le droit de se présenter aux élections locales, a dénoncé " la mesure de répression la plus importante " contre le camp prodémocratie, expliquant que les autorités avaient disqualifié " presque tous les candidats prodémocratie, depuis les groupes progressistes les plus récents aux partis modérés traditionnels ".

Le LegCo compte 70 membres désignés selon un système alambiqué qui garantit presque à coup sûr une majorité au bloc pro-Pékin.

Après les élections de 2016, plusieurs élus prodémocratie avaient été disqualifiés pour avoir délibérément modifié leur prestation de serment afin de manifester leur hostilité vis-à-vis de l'influence de la Chine.

Le mouvement pour la démocratie espérait capitaliser sur la popularité de la contestation de l'an passé et sur son succès aux scrutins locaux en novembre pour avoir pour la première fois la majorité dans une chambre qui est ainsi composée qu'elle penche normalement quasi automatiquement du côté des autorités fidèles à Pékin.

"Le Bureau de liaison, représentant du gouvernement chinois à Hongkong, a salué dans la foulée la disqualification des candidats prodémocratie, dont les positions politiques " dépassaient le cadre de la légalité ".

Le mouvement pro-démocratie à Hong Kong a encaissé vendredi une nouvelle gifle.

" Je condamne la décision de disqualifier les candidats de l'opposition de se présenter aux élections du Conseil législatif de Hong Kong", a déclaré Raab dans un communiqué jeudi".

" Il est clair que de plus en plus de Hongkongais auront à endurer (...) la terreur communiste".

Ultime gouverneur britannique de Hong Kong, Chris Patten a vu dans les disqualifications " une purge politique scandaleuse ". " Il est évident qu'il est désormais illégal de croire en la démocratie (.) Il faut s'attendre à de tels agissements dans un Etat policier", a-t-il dit.

Plus récemment, la loi sur la sécurité nationale, imposée par Pékin en réponse à ces contestations politiques, a réduit sensiblement la liberté politique sur le territoire en sanctionnant "la subversion, la sécession, le terrorisme et la collusion avec les forces étrangères ".

Dernières nouvelles