Le démocrate Joe Biden va enfin choisir sa colistière — Présidentielle américaine

Tarrant Texas. Texas attorney Monica Haft voted for Donald Trump in 2016 and regretted it almost

Le président du parti républicain texan du comté de Tarrant à Fort Worth Rick Barnes compte sur les électeurs ruraux conservateurs

The Trump Campaign has more ENTHUSIASM, according to many, than any campaign in the history of our great Country - Even more than 2016. Fake Suppression Polls & Fake News will not save the Radical Left.

Mais la pandémie de Covid-19 a fait son apparition et depuis tout a changé pour le président américain.

Vainqueur d'une primaire démocrate marquée par une diversité inédite, le septuagénaire a promis qu'il choisirait une femme pour l'accompagner dans sa campagne contre Donald Trump, 74 ans, et devenir la première vice-présidente des Etats-Unis en cas de victoire le 3 novembre.

A l'en croire " Biden n'en a aucun! Il a donc longtemps minimisé le regain de la pandémie, alors que le nombre de nouvelles contaminations quotidiennes explosait, surtout dans le sud et l'ouest des États-Unis, pays ayant le plus lourd bilan avec 150 000 morts. Volte-face ces derniers jours: le ton grave, Donald Trump a reconnu que la situation allait "empirer avant de s'améliorer". Son adversaire démocrate avait acté dès juin que sa propre grand-messe, du 17 au 20 août à Milwaukee dans le Wisconsin, serait essentiellement virtuelle. L'heure et le lieu seront dévoilés " plus tard ".

" Et je vous promets, je vous le dirai quand je l'aurai fait", a-t-il ajouté.

Cette gestion a semé le trouble jusque chez certains membres du parti présidentiel. "Beaucoup de gens comme moi sont frustrés par les divisions et les dysfonctionnements des deux côtés, et n'ont pas le sentiment que nous ayons un grand choix", a-t-il déploré sur CNN.

"Alors que les rumeurs vont bon train, le site d'informations Politico a actualisé mardi un article sur les différentes candidates en annonçant que Joe Biden avait choisi Kamala Harris " le 1er août " et affirmant qu'il l'avait qualifiée de " remarquable colistière ". Et, bien qu'il ait récemment décliné plusieurs volets de son programme, reste plus discret que le tempétueux président, qui l'accuse en retour de ne pas "être vif d'esprit", de ne pas sortir de son "sous-sol" et d'être une "marionnette" de la "gauche radicale".

L'équipe de campagne de Donald Trump s'est immédiatement emparée de la fin de l'échange pour mettre en doute ses capacités, car Joe Biden, qui a souvent parlé de sa lutte contre le bégaiement, bafouille et s'y reprend à plusieurs fois pour dire: "Et je suis prêt à laisser le public américain juger de ma santé physique et mentale".

D'autres parlementaires figurent dans les pronostics, notamment la sénatrice Elizabeth Warren, autre candidate malheureuse à l'investiture démocrate, ainsi que Val Demings et Karen Bass, deux élues afro-américaines de la Chambre des représentants.

Dernières nouvelles