Mélenchon met en garde contre une "ingérence" — Macron au Liban

Beyrouth 300.000 personnes sans domicile les dommages s'étendent à la moitié de la ville

Le secours populaire de Seine-Maritime lance un appel aux dons pour les victimes de l'explosion au Liban

Le chef de l'État a par ailleurs réclamé une enquête internationale sur les faits qui ont conduit au terrible drame.

Il a également annoncé l'organisation d'une conférence internationale de soutien pour venir en aide aux victimes des explosions. Emmanuel Macron a notamment cité le secteur de l'électricité.

"Nous mettrons aussi en place une gouvernance claire et transparente pour que l'ensemble de cette aide (.) soit directement acheminée aux populations, aux ONG, aux équipes sur le terrain qui en ont besoin, sans qu'aucune opacité, aucun détournement ne soit possible".

Face à la crise politique, sociale, économique et financière du pays, il a aussi souhaité "un dialogue de vérité" avec les autorités et a rappelé que la France porte "l'exigence (.) depuis des mois pour ne pas dire des années de réformes indispensables" dans "certains secteurs", comme "l'énergie, les marchés publics, la lutte contre la corruption". "Si ces réformes ne sont pas faites, le Liban continuera de s'enfoncer", a-t-il souligné.

"Jeudi prochain le BPC (bâtiment de projection et de commandement, NDLR) Le Tonnerre arrivera au Liban", a déclaré Emmanuel Macron devant la presse, après un bain de foule dans Beyrouth jeudi matin et une rencontre avec les dirigeants libanais dans l'après-midi. Il a été accueilli par son homologue Michel Haoun sur le tarmac de l'aéroport, puis les deux hommes se sont entretenus quelques minutes avant de se rendre sur les lieux de la tragédie.

Emmanuel Macron, a ensuitre effectué une tournée auprès des riverains dans les quartiers durement affectés de Mar Mikhaël et Gemmayzé.

" Le peuple veut la chute du régime ", ont scandé des habitants, ce à quoi le président français a assuré qu'il allait demander à ses interlocuteurs officiels de " changer le système, d'arrêter la division [.], de lutter contre la corruption ". Il a appelé à une "refondation d'un ordre politique nouveau", et en a profité pour annoncer une conférence d'aide pour le Liban "dans les tout prochains jours".

Plusieurs pays dont la France ont dépêché secouristes, matériel médical et sanitaire ainsi que des hôpitaux de campagne.

Après les déflagrations, le gouverneur de la ville, Marwan Abboud, avait décrit une situation "apocalyptique".

Invité sur la radio française Europe 1, le chef de la diplomatie libanaise Charbel Wehbé a fait état jeudi de la création d'une commission d'enquête "qui a quatre jours pour donner un rapport détaillé sur les responsabilités".

Alors que les autorités n'ont mis en place aucun dispositif pour abriter les personnes ayant perdu leur domicile, des centaines de Libanais se sont, eux, mobilisés, pour lancer des opérations de déblaiement des décombres ou d'accueil des sans-abri dans les maisons privées, dans un vaste élan de solidarité.

Selon des sources de sécurité, les autorités du port, les services des douanes et des services de sécurité étaient tous au courant que des matières chimiques dangereuses étaient entreposées au port mais se sont rejeté mutuellement la responsabilité du dossier.

Dernières nouvelles