La cheffe de l’exécutive Carrie Lam sanctionnée par l’administration Trump — Hong Kong

AGENCE FRANCE-PRESSE La cheffe de l’exécutif hongkongais Carrie Lam

AGENCE FRANCE-PRESSE La cheffe de l’exécutif hongkongais Carrie Lam

Washington avait annoncé le blocage des avoirs de la cheffe de l'exécutif hongkongais, Carrie Lam, du chef de la police, et des secrétaires à la justice et à la sécurité.

Le gouvernement de Hong Kong a déclaré ce 8 août que les sanctions imposées par les Etats-Unis contre de hauts représentants de la Région Administrative Spéciale chinoise étaient honteuses et une " ingérence barbare " dans les affaires internes de la Chine.

Steven Mnuchin, secrétaire américain au Trésor, a indiqué que: "les États-Unis soutiennent le peuple de Hong Kong et nous utiliserons nos outils et nos autorités pour cibler ceux qui portent atteinte à son autonomie ".

Ces sanctions américaines qui prévoient notamment la saisie des biens des personnes concernées aux Etats-Unis font partie d'une série de mesures prises par les Etats-Unis contre la Chine qui a renforcé son pouvoir sur l'ancienne colonie britannique avec l'instauration d'une loi sur la sécurité nationales.

Les autorités de Hong Kong et chinoises n'ont pas tardé à réagir à la décision américaine. Le secrétaire hongkongais au commerce, Edward Yau, avait auparavant qualifié de "sauvages, disproportionnées et déraisonnables" ces sanctions, avertissant que "si les États-Unis mènent unilatéralement ce type d'action déraisonnable, cela finira par affecter les entreprises américaines". Selon Pékin, elle permet d'assurer la stabilité, de mettre fin aux violences qui ont marqué le mouvement de contestation de 2019 à Hongkong, ainsi que d'y réprimer le courant pro-indépendance.

Les tensions entre les deux grandes puissances mondiales montent crescendo et touchent plusieurs sujets notamment la situation des droits de l'homme avec le traitement infligé aux musulmans Ouighours. Accusant la Chine d'espionnage, Washington a fermé son consulat à Houston (Texas), et la Chine a pris possession du consulat des États-Unis à Chengdu (sud-ouest).

Mais c'est dans le domaine technologique que le durcissement est le plus radical.

Le président américain a également adopté un décret similaire concernant la plateforme WeChat, qui appartient au géant chinois Tencent et est omniprésente dans la vie des Chinois (messagerie, paiements à distance, réservations...).

Dernières nouvelles