COVID-19: l'OMS appelle à la prudence sur l'homologation de tout vaccin

Vladimir Poutine

Sputnik V Poutine annonce l'enregistrement du premier vaccin contre le Covid-19 en Russie Sputnik. Alexei Nikolski

Le président russe Vladimir Poutine a annoncé mardi l'enregistrement officiel du vaccin contre la Covid-19, le premier au monde atteint de cette maladie, et il a également avoué qu'une de ses filles avait été immunisée avec le nouveau vaccin sans montrer d'effets secondaires négatifs. En référence au satellite soviétique, premier engin spatial mise en orbite, ce vaccin a été baptisé " Spoutnik V " (V comme vaccin, NDLR). Cependant, il sera tout d'abord question d'une phase de production industrielle prévue pour débuter dès le mois prochain. "Plus d'un milliard de doses" auraient également été pré-commandées par 20 pays étrangers, assure encore le fonds souverain russe, sans préciser la liste des Etats mais citant "l'intérêt " des Emirats Arabes Unis, de l'Arabie Saoudite, de l'Indonésie, des Philippines, du Brésil ou encore de l'Inde.

Une annonce qui a pris de court tout le monde et qui a déjà ses détracteurs alors que l'Organisation Mondiale de la Santé (OMS) appelle à la prudence. "La pré qualification de tout vaccin passe par des procédés rigoureux", a expliqué Tarik Jasarevic, le porte-parole de l'OMS, lors d'une visio-conférence de presse.

Et au niveau de l'Oms, ce processus serait le même pour tout candidat vaccin.

Dans les semaines précédant cette annonce, des scientifiques étrangers ont exprimé leur préoccupation face à la rapidité de la mise au point d'un tel vaccin et l'OMS avait appelé au respect de "lignes directrices et directives claires" en la matière.

Le ministère de la Santé russe évoque une double inoculation du vaccin qui permettrait de "former une immunité longue" pouvant durer "deux ans".

François Balloux, expert à l'Institut Génétique de l'UCL, estime pour sa part qu'il s'agit d'"une décision imprudente et stupide".

Vladimir Poutine a déclaré que la vaccination se fera de manière volontaire. Celui mis au point par le centre Gamaleïa l'est en collaboration avec le ministère de la Défense. Problème: les données sur lesquelles reposent ces affirmations n'ont pas été publiées. Reste qu'à l'heure de l'inquiétude d'une seconde vague et d'une paralysie de l'économie mondiale, cette découverte si elle devait être avérée pourrait être un coup d'éclat historique de la Russie.

Des tests à grande échelle d'autres vaccins sont en cours dans d'autres pays.

Le ministre russe de la Santé Mikhaïl Mourachko a toutefois précisé que " des essais cliniques sur plusieurs milliers de personnes allaient continuer " concernant ce vaccin.

La première ministre néo-zélandaise Jacinda Ardern, dont le pays avait connu 102 jours sans nouveau cas de contamination, a dû ordonner le reconfinement de la plus grande ville, Auckland, après l'apparition de quatre cas de coronavirus. Europe 1 fait le point sur la situation.

Dernières nouvelles