" "Elon Musk taquine la révélation du " dispositif Neuralink fonctionnel " le 28 août

Crédits: Pixabay

Crédits: Pixabay

La puce implantée dans le cerveau de Gertrude retransmet ses signaux neurologiques. C'est déjà un pas vers l'objectif à court terme de la société qui est de redonner la mobilité et la parole aux personnes qui sont malheureusement paralysées.

L'idée sera de se faire implanter la puce ronde dans le cerveau, sans même passer une nuit à l'hôpital, et de n'en garder aucun trace, si ce n'est une petite cicatrice sous les cheveux. C'est le projet mis au point par la start-up d'Elon Musk, Neuralink, qui a implanté une puce connectée dans le cerveau d'un cochon.

Le milliardaire haut en couleur estime qu'il serait possible, en cas de lésion irréversible à la moelle épinière, d'implanter une puce à l'endroit de la blessure pour contourner les "circuits de transmission" neurologiques endommagés. "Sur le long terme, je suis certain qu'on pourra retrouver l'usage complet de son corps", a assuré Elon Musk, qui imagine la possibilité pour les paraplégiques de contrôler un jour leur corps, via leur smartphone ou par télépathie.

L'objectif affiché par Neuralink est de pouvoir traiter des affections neurologiques. Des personnes pourraient alors débourser quelques milliers de dollars pour doter leur cerveau d'une puissance informatique.

De nombreuses entreprises travaillent sur le contrôle des ordinateurs par la pensée, et d'autres d'interfaces cerveau-machine sont en cours de développement.

Les projets d'Elon Musk suscitent le scepticisme dans la communauté scientifique, au sein de laquelle certains doutent des véritables avancées de Neuralink sur le terrain des implants.

Nombre de scientifiques rappellent cependant que le cerveau n'est pas aussi compartimenté qu'on aimerait le croire.

Le fantasque patron a expliqué que son objectif avec cette présentation sur YouTube était avant tout de recruter de nombreux ingénieurs, vétérinaires et autres employés pour faire avancer le projet. La start-up ne compte qu'une centaine de salariés à ce stade. Plus précisément, il s'agit d'une puce à électrodes qui, placée en contact direct avec les neurones du cerveau, interférera avec leur activité électrique, captant les signaux et les distribuant à son tour à l'hôte: dans la première phase du projet le résultat devrait permettre aux utilisateurs dem donner des commandes aux appareils connexes, et les produits technologiques de communiquer des informations de base à ceux qui les utilisent.

Elon Musk a aussi affirmé qu'il serait possible, à terme, de stocker ses souvenirs sous forme numérisée, dans une référence à un épisode de la série futuriste (et anxiogène) Black Mirror.

Et bien sûr, comme pour les voitures autonomes de Tesla, derrière les annonces ambitieuses du patron, la puce s'appuie sur les feux verts des régulateurs.

Il a ajouté que Neuralink venait d'obtenir l'approbation des autorités sanitaires américaines pour des tests, sans préciser d'horizon pour les premières implantations humaines.

En juillet 2019, il les a promis pour 2020.

Mais rien ne refroidit l'ardeur du milliardaire, qui veut coloniser Mars et craint que les technologies d'intelligence artificielle (IA) ne transforment les humains en "chats domestiques" informatiques.

La puce est ainsi censée permettre aux gens d'arriver à une symbiose avec l'IA. Neuralink rêve aussi de mettre fin aux douleurs extrêmes, de guérir les dépressions et addictions ou encore de percer les mystères de la conscience. "Vous pourrez sauvegarder vos souvenirs, et aussi potentiellement les télécharger dans un autre corps ou dans un robot ", a-t-il affirmé avant de prévenir: " Le futur va être bizarre ".

Dernières nouvelles