Veolia propose de racheter 29,9% de Suez à Engie

Antoine Frérot le PDG de Veolia

Antoine Frérot le PDG de Veolia

PARIS, 30 août (Reuters) - Veolia VIE.PA a proposé dimanche à Engie ENGIE.PA de lui racheter 29,9% du capital de Suez SEVI.PA au prix de 15,50 euros par action en numéraire en vue de créer "le grand champion mondial français de la transformation écologique", a annoncé le numéro un mondial du traitement de l'eau et des déchets. Veolia a l'intention de lancer une OPA sur Suez, son concurrent historique.

"Nous pensons qu'Engie est susceptible d'accepter l'offre (.) Selon nous, la logique stratégique d'une union entre Veolia et Suez est très forte et créerait un leader mondial incontesté des services environnementaux à un moment où la transformation écologique s'accélère", ont écrit les analystes de JPMorgan dans une note.

L'ensemble de l'opération est estimé à environ 10 milliards d'euros et, en tenant compte de la dette de Suez, elle pourrait donner à ce dernier une valeur d'entreprise de l'ordre de 20 milliards d'euros, a dit Antoine Frérot.

"Le groupe Veolia a remis à Engie une offre ferme pour l'acquisition de 29,9 % des actions de Suez qu'il détient". Suez, qui avait présenté en octobre un plan stratégique visant à détrôner son rival de sa place de numéro un, a pris "acte", dans un communiqué séparé.

A l'occasion d'une conférence téléphonique sur cette proposition rendue publique dimanche, Antoine Frérot a également précisé que l'intégralité des activités qui ont besoin d'être cédées pour répondre aux problèmes de concurrence représentaient quatre milliards d'euros de chiffre d'affaires.

Le géant de l'énergie avait annoncé en juillet sa volonté de recentrer son activité, en cédant des actifs jugés non stratégiques et des participations minoritaires. "Concernant Suez, je dirais que tout est ouvert", avait déclaré alors le président du conseil d'administration, Jean-Pierre Clamadieu. Mais "la concentration a commencé", prévient-il, relevant l'intérêt croissant de fonds d'investissement pour le secteur, ou la montée d'acteurs venus de Chine.

"M. Frérot a assuré qu'une réunion des deux groupes n'aurait aucun impact sur l'emploi en France, y compris pour l'eau côté Meridiam".

Dernières nouvelles