Wall Street en repli après plusieurs séances de hausse

Wall Street: Wall Street attend l'ISM manufacturier Apple porte le Nasdaq au plus haut

La Bourse de Paris s’est envolée toute la séance avant de s’effondrer à la clôture

Wall Street est attendue en baisse jeudi, marquant une pause après un enchaînement de records, tandis que les Bourses européennes amplifient leur progression de la veille à mi-séance, gagnées par l'optimisme sur la reprise.

Le Dow Jones Industrial Average de la Bourse de New York s'est enfoncé de 2,78% jeudi à la clôture, et l'indice technologique Nasdaq de près de 5%, après avoir volé de record en record ces dernières semaines, en dépit de la pandémie de Covid-19 qui continue de sévir aux Etats-Unis et ailleurs dans le monde. A Francfort, le Dax prend 1,1% et à Londres, le FTSE 0,88%.

Du côté des statistiques du jour, se repliant fortement de 57,3 en juillet à 51,6 en août, l'indice composite de l'activité globale calculé par IHS Markit met en évidence une hausse seulement modeste de l'activité dans le secteur privé français.Ce net ralentissement de l'expansion de l'activité globale a reflété une forte décélération de la croissance dans le secteur manufacturier comme dans celui des services, la croissance ayant toutefois affiché un rythme légèrement plus marqué chez les fabricants.

En France, l'actualité est dominée par la présentation du plan de relance du gouvernement, d'un montant de 100 milliards d'euros.

Les investisseurs verront le nombre de demandes d'emploi hebdomadaires aux Etats-Unis à 12h30 GMT, la veille de la publication du rapport mensuel du ministère du Travail, puis à 14h00 GMT l'indice des services ISM. En trading pré-ouvert, Apple, Adobe, Nvidia et Netflix, qui ont enregistré un gain de plus de 70% depuis le début de l'année, sont en baisse de 2%.

L'indice Stoxx des transports et des loisirs, très sensibles à la conjoncture économique, est resté dans le vert (+0,49%) avec notamment, à Paris, une hausse de 1,31% pour Accor et de 4,34% pour ADP.

Plus forte hausse du CAC 40, Publicis grimpe de 7,07%, porté par un relèvement de recommandation à "achat" d'Oddo BHF qui estime que "le titre est un véhicule attractif pour profiter d'un rattrapage publicitaire sur la fin d'année".

Toujours à Paris, Iliad a perdu 3,62%, déçu par les nouvelles prévisions de cash flow libre du groupe, qui investit massivement dans ses réseaux, compensant la bonne dynamique des affaires au premier semestre.

Capgemini (+1,91%) profite de la présentation de nouveaux objectifs pour 2020 bien accueillis tandis que Vallourec (-11,12%) souffre de la dégradation de la note de crédit de S&P à 'CCC-'.

Le dollar continue de progresser par rapport à un panier de devises de référence, principalement en raison de la faiblesse de l'euro.

Sean Callow, stratégiste chez Westpac, a déclaré que l'article du FT "alimentait un certain intérêt pour la réunion de la BCE de la semaine prochaine" tandis que Lee Hardman chez MUFG a estimé que la banque centrale "comptera davantage sur une intensification de sa communication" pour le moment plutôt que de prendre des actions concrètes.

L'euro a reculé de 0,39% à 1,1807 après avoir atteint un sommet de 1,2011 mardi.

Sur le marché obligataire, le rendement du Bund allemand à dix ans a fini la journée en baisse à -0,49%.

Son équivalent américain est également inchangé à 0,6526%.

Un baril de Brent a perdu 2,21% à 43,45 $, son plus bas niveau depuis le 21 août, et un baril de pétrole brut léger (WTI) a chuté de 2,26% à 40,57 $, à un plus bas.la sienne. mois.

Dernières nouvelles