Erreur: Les comptes de journalistes de Charlie Hebdo temporairement désactivés

Instagram suspend les comptes de journalistes de Charlie Hebdo

«Charlie Hebdo» censuré par Instagram ?

Mais Insta en a décidé autrement et suspend les comptes, dans un premier temps, Laure Daussy pense à un piratage de son compte ou à un signalement en masse.

Comme le rappelle un article de Libération, Instagram avait déjà eu l'occasion d'expliquer comment fonctionnait son système de régulation des publications, et ses potentielles failles. "Pour info, cela n'avait aucun lien avec la couverture de Charlie, elle n'a pas été censurée par ailleurs et a été publiée sur le compte de Charlie", ajoute-t-on. Cependant, le réseau social de Mark Zuckerberg a désactivé les comptes de ces journaliste du journal satirique.

Les comptes ont été rapidement restaurés, Instagram affirmant qu'ils avaient été désactivés "par erreur".

La journaliste Laure Daussy et la dessinatrice Coco, membres de la rédaction de Charlie Hebdo, ont dénoncé ce weekend la désactivation de leurs comptes Instagram. Preuve en est, la page Instagram du journal Charlie Hebdo n'a pas été fermée alors qu'elle publie exactement la même image de cette Une. "Hallucinant", écrit sur Twitter, samedi, la journaliste Laure Daussy de l'hebdomadaire satirique.

"Ce dimanche matin, c'est la dessinatrice Coco, qui fait savoir sur Twitter que son compte Instagram avait subi le même sort". "Tout simplement scandaleux", a tweeté la dessinatrice.

Le contexte n'est pas opportun au groupe Facebook, qui continue d'essuyer de nombreuses critiques sur sa politique de censure. "Soutien", a ainsi tweeté un internaute.

Les caricatures figuraient sur la une du numéro de journal consacré à l'ouverture du procès des attentats de janvier 2015.

Le président français Emmanuel Macron s'est également prononcé vendredi en faveur de Charlie Hebdo, critiquant ce qu'il a appelé le "séparatisme islamique" et ceux qui demandent la citoyenneté française sans accepter le "droit de la France à commettre un blasphème".

Instagram a réagi ce dimanche à la mi-journée en plaidant l'erreur. Dans une enquête des Inrocks au sujet de plusieurs comptes de féministes bloqués sur la plateforme, Instagram indiquait: "Bloquer ou supprimer un compte n'arrive qu'après signalements".

Dernières nouvelles