Grèce : le camp de réfugiés de Moria à Lesbos incendié

L’enfer dans l’enfer un énorme incendie laisse des milliers de migrants sans abri en Grèce

Le camp hébergeait environ 12 700 demandeurs d’asile. AFP

Pendant plusieurs heures, les différents foyers d'incendie ont encerclé le centre de réception du camp.

Une opération de sauvetage d'envergure est en cours ce jeudi dans le camp de migrants de Moria, sur l'île grecque de Lesbos, ravagé la veille par deux incendies qui n'ont pas fait de victime mais laissé des milliers de personnes sans abri. "Je n'ai rien, rien avec moi et pourtant nous ne savons pas où nous allons dormir ".

Mercredi soir, un nouvel incendie s'est déclaré dans une partie du camp qui avait été relativement épargnée, entraînant les mêmes scènes de chaos: des familles de migrants paniquées fuyant le feu qui consumait leurs tentes.

"L'Allemagne et la France vont y participer, j'espère aussi d'autres Etats membres", a-t-elle déclaré lors d'une conférence à Berlin, estimant aussi que le drame du camp de Moria doit pousser les pays de l'UE à "enfin" aboutir à une politique migratoire commune, qui actuellement "n'existe pas". Plusieurs milliers de personnes ont d'ailleurs manifesté spontanément, mercredi, dans plusieurs villes de ce pays pour exiger des autorités de prendre en charge des migrants.

La présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen a souligné que l'UE se tenait "prête à aider ": la Commission a déjà annoncé qu'elle prenait en charge le transfert immédiat vers la Grèce continentale de 400 enfants et adolescents. Vienne va toutefois proposer un millions d'euros d'aides, par exemples pour acheter "des tentes et des couvertures" en Grèce, a-t-il ajouté.

Le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis a attribué l'origine du désastre à "des réactions violentes contre les contrôles sanitaires " effectués après la détection de 35 cas de COVID-19 dans le camp. L'île de la mer Egée forte de 85'000 habitants est la principale porte d'entrée des migrants en Grèce en raison de sa proximité avec la Turquie.

La semaine dernière, le camp a été placé en quarantaine après qu'un demandeur d'asile a été testé positif au nouveau coronavirus.

Le camp hébergeait quelque 12'700 demandeurs d'asile, soit quatre fois sa capacité d'accueil, dont 4000 enfants.

Outre cette partie principale du camp abritant près de 4000 personnes ainsi que les locaux administratifs et d'asile, le camp de Moria s'étendait dans les oliveraies avoisinantes, où habitaient près de 8000 personnes dans des tentes, qui ont subi également de nombreux dégâts.

Les ONG s'inquiètent de la situation.

Ces dernières années, le camp de Moria a été décrié pour son manque d'hygiène et son surpeuplement par les ONG qui appellent régulièrement les autorités grecques à transférer les demandeurs d'asile les plus vulnérables vers le continent.

Dernières nouvelles