Les États-Unis brûlent — Incendies monstrueuses

L'Ouest américain redoute

Scènes de film catastrophe: San Francisco complètement engloutie par des panaches de fumée oranges – images

Les autorités américaines ont annoncé ce mercredi la mort de six personnes, dont celle d'un bébé d'un an, dans les incendies qui touchent actuellement la côte ouest américaine dans les états de Californie, de l'Oregon et dans celui de Washington.

Le réveil des habitants de San Francisco en Californie a été très dur le mercredi 9 septembre 2020.

En Californie, plus d'une vingtaine d'incendies font rage et le feu a consumé cette année plus de 10 000 km² dans l'État, un record depuis que ces données sont relevées, en 1987. Le feu baptisé Creek Fire dans la région de Fresno, dans le nord de l'Etat, s'est répandu sur plus de 56 000 hectares. "Les conditions sont si sèches, si chaudes, si venteuses, car le climat a changé", a déclaré le gouverneur, ajoutant que plus de 100 000 personnes étaient sans électricité.

Environ 360 bâtiments ont été détruits, selon les pompiers qui ont déployé près de 1000 hommes pour combattre les flammes dans la forêt nationale de Sierra, étouffant les foyers avec de l'eau ou de la terre.

La petite commune de Malden a été presque entièrement détruite.

Le gouverneur de l'État de Washington, Jay Inslee, a indiqué mardi que neuf incendies "importants" y avaient brûlé plus de 133.000 hectares en 24 heures, plus du double de la superficie brûlée pour toute l'année 2019. "Il n'y a pas de mots pour décrire l'étendue des dégâts", a ajouté Myers.

A midi, le mélange de brouillard et de fumée donnait à la ville une atmosphère surréaliste comme si le soleil ne s'était toujours pas levé.

Le vent d'est a poussé les fumées vers la région de Seattle, la plus grande ville de l'État, où une alerte à la pollution de l'air a été émise par le département local de l'écologie. Portées par le vent, les fumées se sont propagées vers la côte et ont recouvert de brume des régions entières.

Les photos de la scène étrange, en particulier d'une ligne d'horizon de San Francisco digne d'un film de science-fiction dystopique, se sont rapidement répandues sur les réseaux sociaux. Des ordres d'évacuation ont également été lancés pour la population menacée près de San Diego. Los Angeles a enregistré le 7 septembre sa température la plus élevée de l'histoire, avec près de 50°C à Woodland Hills, un quartier de l'ouest de la ville.

Les experts en changement climatique de l'université de Californie à Berkeley affirment que les incendies et la chaleur intense ont toujours fait partie de l'identité de la Californie, mais ce qui les inquiète le plus, c'est la vitesse à laquelle ces cas se produisent. "Ce point de vue est en totale contradiction avec la réalité sur le terrain".

Les incendies de brousse et de forêt ont fortement augmenté en Californie ces dernières années, ce dont les experts estiment que le réchauffement climatique est en partie responsable.

Dernières nouvelles