Trêve politique respectée lors des commémorations du 11 septembre

Fumee incendies Californie DAVID MCNEW GETTY IMAGES NORTH AMERICA Getty Images via AFP

Incendies aux USA - 27 morts et déjà plus d'un million d'hectares ravagés en Californie

Des pirates chinois s'en sont également pris aux personnes en liens étroits avec les campagnes présidentielles américaines et les candidats, dont un partisan de Joe Biden, dont le nom n'a pas été précisé, et au moins une personnalité de premier plan auparavant lié à l'administration Trump, a ajouté Tom Burt.

"C'est une journée solennelle, et on va faire en sorte qu'elle le reste", avait-il déclaré.

Se poser en leader et éviter de gâcher ce moment d'unité nationale qu'est l'anniversaire des attentats du 11 septembre 2001: Donald Trump et Joe Biden tenteront l'exercice ce vendredi en se succédant sur le site du crash d'un des avions détournés par les djihadistes en Pennsylvanie, État-clé pour la présidentielle américaine.

Au même moment, son rival démocrate Joe Biden, qui a récemment accéléré le tempo de sa campagne après des semaines cloîtré dans sa maison du Delaware, était lui sur le site de " Ground Zero " à New York, au milieu des proches des près de 3.000 victimes des attaques terroristes.

La douleur "ne disparaît jamais" lui a-t-il dit, main sur le coeur, selon des images partagées sur les réseaux sociaux. Les deux hommes, masqués, se sont brièvement salués d'un coup de coude, pandémie oblige, avant d'assister à la cérémonie à plusieurs mètres l'un de l'autre.

Aucune chance a priori que les deux adversaires se croisent: Donald Trump, accompagné de sa femme Melania, devrait repartir avant la fin de la matinée, et Joe Biden et sa femme Jill n'arriver que dans l'après-midi.

Si les commémorations du 11-Septembre sont censées être "dépourvues de rhétorique politicienne", elles constituent des événements très médiatisés et "le seul fait d'être présent, de montrer leadership et empathie, permet de marquer des points", souligne Robert Shapiro, professeur de sciences politiques à l'université Columbia.

Le 9 septembre 2016, l'avance de la démocrate Hillary Clinton sur Donald Trump était mesurée à 4 points par Reuters/Ipsos, à 41% contre 37%.

L'anniversaire des attentats il y a quatre ans avait déjà été l'occasion d'une polémique. Hillary Clinton, candidate démocrate de l'époque qui avait participé à la cérémonie new-yorkaise, avait fait un léger malaise et s'était éclipsée avant la fin. Son médecin avait révélé qu'elle avait été diagnostiquée deux jours plus tôt avec une pneumonie, ce que l'ex-secrétaire d'Etat avait passé sous silence. Donald Trump avait abondamment exploité cet épisode, se moquant de sa rivale et l'imitant même en public en train de trébucher.

Dernières nouvelles