L'enseigne Alinéa reprise, proposition de reclassement à Villars

La justice valide une offre de reprise qui prévoit près de 1000 licenciements chez Alinéa

La justice valide une offre de reprise qui prévoit près de 1000 licenciements chez Alinéa

Le tribunal de commerce de Marseille a validé lundi l'offre de reprise partielle du groupe Alinéa par ses actionnaires, qui prévoit la suppression de 992 postes. C'était l'unique proposition que la juridiction a eu à examiner le 31 août et selon le ministère public, " la seule alternative possible à une liquidation judiciaire directe ".

" Ça fait plusieurs années que le groupe rencontre des difficultés structurelles et non pas conjoncturelles, il y a un effet d'aubaine total ", a-t-elle aussi estimé, évoquant la procédure mise en place le 20 mai par une ordonnance gouvernementale motivée par la crise sanitaire, et qui permet permet, jusqu'à fin 2020, à des dirigeants d'entreprise ayant déposé le bilan de se présenter comme acquéreurs si leur offre maintient l'emploi.

Le groupe assure par ailleurs de son engagement en faveur du "retour à l'emploi des salariés des magasins fermés", promettant des centaines d'offres d'emplois dont plus de 1 500 en CDI dans des entreprises détenues par la famille (Auchan, Decathlon, Leroy Merlin, Boulanger.). L'enseigne Gifi s'est engagée pour leur contrat de travail mais selon l'avocate des employés d'Alinéa, les salariés vont perdre les avantages liés à leur convention collective.

La direction d'Alinea explique les difficultés de l'enseigne par une conjoncture défavorable, qui a vu se succéder le mouvement des "gilets jaunes " et la crise sanitaire. Mais le confinement a généré une perte de 100 à 120 millions d'euros. En 2019, le chiffre d'affaires d'Alinea atteignait 322 millions d'euros.

Dernières nouvelles