Trois nouveaux cas "autochtones" de dengue détectés à Nice

Cette maladie se transmet de personne à personne par l’intermédiaire de la piqûre d’un moustique tigre

Cette maladie se transmet de personne à personne par l’intermédiaire de la piqûre d’un moustique tigre

Les services de l'Agence Régionale de Santé Occitanie alertent ce vendredi après-midi sur un éventuel cas autochtone de dengue, dans le Gard. La personne aurait contracté la maladie en étant en contact avec un proche qui revenait d'une zone où le virus circule activement.

" Une transmission du virus de la dengue est fortement suspectée dans le Gard, chez un proche d'une personne de retour d'une zone à circulation active du virus, explique l'ARS". Les résultats seront connus le 22 septembre.

Ces deux personnes ont été prises en charge et leur état de santé n'inspire pas d'inquiétude. Le cas importé à l'origine de la contamination (de retour d'un voyage en zone à risque) est un parent du probable cas autochtone. Le plus souvent bénigne, la maladie provoque une forte fièvre d'apparition brutale, de douleurs musculaires ou articulaires, de douleurs oculaires, de fatigue ou encore de maux de tête. Cette maladie se transmet de personne à personne par l'intermédiaire de la piqûre d'un moustique tigre (Aedes albopictus) préalablement infecté par le virus.

Pour éviter une éventuelle propagation du virus, des mesures renforcées de prévention sont mises en œuvre à proximité du cas et de la zone concernée.

Une action ciblée de démoustication est organisée autour du lieu de résidence de la personne concernée et des lieux qu'elle a fréquentés, afin d'éliminer les gites larvaires et les moustiques adultes et ainsi éviter la propagation du virus. Une campagne d'information préalable des riverains accompagnera cette opération.

Des opérations de démoustications sont également menées dans d'autres quartiers de Nice, précise encore l'ARS, mais sans lien direct avec ces cas autochtones.

Depuis le début de l'année 2020, 4 cas de dengue autochtone ont été confirmés en France métropolitaine. Les professionnels de santé du secteur ont été quant à eux sensibilisés au repérage des personnes malades et à leur signalement auprès de l'ARS.

D'une manière générale, il est recommandé de limiter la prolifération des moustiques en éliminant les endroits où l'eau peut stagner et servir de nids aux moustiques, de changer l'eau des plantes et des fleurs une fois par semaine, de vérifier le bon écoulement des eaux de pluie en nettoyant régulièrement les gouttières et caniveaux, de couvrir les réservoirs d'eau et les petites piscines hors d'usage ou encore d'évacuer l'eau des bâches ou de la traiter à la javel.

Dernières nouvelles