Iran: Washington proclame unilatéralement le retour des sanctions, tollé russe et européen

Une femme passe devant une fresque murale sur un mur de l'ancienne ambassade des Etats Unis à Téhéran le 20 septembre 2020

Une femme passe devant une fresque murale sur un mur de l'ancienne ambassade des Etats Unis à Téhéran le 20 septembre 20201/4

Malgré le retrait des Etats-Unis du traité en mai 2018, cette manoeuvre invoque son statut de pays "participant" à ce même texte afin de déclencher un rétablissement de toutes les sanctions de l'ONU existantes contre l'Iran avant 2015 et l'accord l'engageant à limiter son programme nucléaire pendant au moins une décennie.

Seuls contre tous. Les États-Unis ont unilatéralement proclamé, dans la nuit du samedi 19 au dimanche 20 septembre, que les sanctions des Nations unies contre l'Iran sont à nouveau en vigueur et ont promis de punir ceux qui les violent, dans un geste qui risque d'accroître leur isolement mais aussi les tensions internationales.

Les Américains "se rendent compte eux-mêmes qu'il s'agit d'une déclaration mensongère", a aussi assuré le ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif.

" Conformément à nos droits en vertu de la résolution 2231 du Conseil de sécurité, nous avons lancé le processus de retour en arrière (snapback) pour rétablir pratiquement toutes les sanctions de l'ONU qui avaient déjà pris fin, y compris l'embargo sur les armes". "Si des Etats membres de l'ONU ne remplissent pas leurs obligations pour appliquer ces sanctions, les Etats-Unis sont prês à utiliser leurs propres outils pour punir ces défaillances", a prévenu Mike Pompeo.

Le secrétaire d'Etat américain, Mike Pompeo, a annoncé le mois dernier qu'il avait enclenché la procédure dite de "snapback", une disposition du JCPoA qui prévoit le rétablissement automatique des sanctions dans un délai de 30 jours en cas de non respect des dispositions de l'accord de 2015. A six semaines de briguer un second mandat, le président Trump pourrait dévoiler ces mesures lors de son discours de mardi à l'Assemblée générale de l'ONU.

Washington : Retour des sanctions contre Iran, (Mike Pompeo)
Pourquoi les États-Unis imposent-ils unilatéralement de nouvelles sanctions à l'Iran ?

"Toute décision ou mesure prise dans l'intention de rétablir" les sanctions "n'aura aucun effet juridique", avaient répondu par avance la France, le Royaume-Uni et l'Allemagne dans une lettre commune adressée vendredi à la présidence du Conseil de sécurité et dont l'AFP a obtenu une copie.

Moscou a également dénoncé cette affirmation unilatérale de Washington. "Aujourd'hui, les Etats-Unis saluent le retour de quasiment toutes les sanctions de l'ONU contre la République islamique d'Iran auparavant levées", a ainsi déclaré Mike Pompeo dans un communiqué. La capacité de Washington à se prévaloir de ce statut est contestée par la quasi-totalité des autres pays membres du Conseil de sécurité, qui n'a donc pas donné suite à sa démarche.

Estimant que Washington était "isolé" et "du mauvais côté de l'histoire", le porte-parole iranien a indiqué que Téhéran adressait un message aux Etats-Unis: ils doivent "retourner au sein de la communauté internationale, de (respecter) leurs engagements, d'arrêter de se rebeller et le monde les acceptera".

Mais le dialogue de sourds continue: l'administration Trump fait désormais comme si les sanctions internationales étaient de retour, tandis que les autres puissances le contestent.

Dernières nouvelles