Les retraités ne devront pas rembourser la CNAV — Erreur administrative

Un cadeau de 40 millions d'euros

Un cadeau de 40 millions d'euros. Illustration Pixabay Ale

Ce relèvement de 1,7 point du taux de CSG a suscité une vive contestation au sein des retraités. Face au litige, l'exécutif avait reculé, ramenant le taux à 6,6% pour les retraités dont le revenu fiscal de référence ne dépassait pas 22 941 euros. Cette erreur est liée au dispositif de lissage mis en place lorsque le taux médian (6,6%) de CSG a été instauré. Cependant, l'augmentation qui aurait dû avoir lieu en janvier n'a pas été réalisée à temps, ce qui a entraîné un rattrapage au cours de l'été.

Mais, pour l'Union Confédérale des Retraités FO (UCR-FO), il n'est pas question de payer les sommes demandées.

A cause d'une erreur de calcul de l'administration, la Caisse nationale d'assurance vieillesse (Cnav) avait adressé cet été un courrier à quelque 200.000 retraités, leur demandant un remboursement, qui s'élevait entre 100 et 300 euros.

Un message entendu, puisque jeudi 17 septembre, ce dernier a indiqué via Twitter avoir "demandé à la CNAV, avec Laurent Pietraszewski (secrétaire d'État chargé des Retraites, NDLR), de ne pas réclamer les restes à percevoir de CSG sur 206.000 retraites, auxquelles un taux erroné a été appliqué".

Le ministre délégué au Budget, Olivier Dussopt a confié: "Les retraités ne doivent pas subir les erreurs administratives, ils vont ainsi pouvoir garder ces 190 € en moyenne". De quoi réjouir les personnes concernées ainsi que l'UCR-FO, qui " appris avec satisfaction " Décision d'Olivier Dussopt.

Dernières nouvelles