Coronavirus : crèches, écoles, tests... les nouvelles mesures sanitaires annoncées par Olivier Véran

Cette semaine 1,2 million de tests RT-PCR ont été réalisés en France

Cette semaine 1,2 million de tests RT-PCR ont été réalisés en France. AFP

Le ministre a indiqué son inquiétude de la "dynamique épidémique " sur certains territoires.

A cette occasion, M. Véran a fait remarquer qu' "au printemps dernier, une personne malade allait contaminer deux autres personnes tous les trois jours". "C'est désormais une réalité", a directement annoncé Olivier Véran dès le début de son point, "le virus est à nouveau très actif dans notre pays". Le virus va moins vite et c'est une différence notable.

"Nous avons pu constater qu'il a circulé particulièrement chez les plus jeunes d'entre nous pendant l'été avec un taux d'incidence de 140 pour 100.000 dans la tranche d'âge des 15-44 ans, dont 50% sont asymptomatiques".

"Lors d'une conférence de presse, jeudi, le ministre de la santé a également annoncé une priorisation des tests et de nouveaux centres de prélèvements pour éviter l'" embouteillage ".

Olivier Véran sous pression.

En quelques semaines la fameuse carte des territoires verts et rouges est passée complètement au rouge et orange.

Le virus "tourne de plus en plus vite dans certains départements, ce qui conduit le gouvernement à durcir un peu les règles", a affirmé Emmanuel Macron mercredi, après avoir assisté, masqué, à la 17e étape du Tour de France.

Comme à Bordeaux ou à Marseille, les regroupements de plus de 10 personnes dans les parcs pourraient être interdits. "Les maires de Nice et de Lyon ont d'ailleurs déjà commencé à prendre des mesures par anticipation", a-t-il reconnu. Olivier Véran évoque notamment les mariages, anniversaires de famille et visites dans les Ephad qui sont à déconseiller.

Les personnes prioritaires qui n'ont malgré tout pas accès aux tests vont avoir accès à des plages horaires réservées. "Un cas contact, d'un cas contact n'est pas un cas contact", a expliquer Olivier Véran en appelant clairement à la rationalisation et ne pas se faire tester pour rien. "Les données de la littérature montrent, à ce stade des connaissances, que le risque de transmission existe principalement d'adulte à adulte, d'adulte à enfant et rarement d'enfant à enfant ou d'enfant à adulte ", a-t-il justifié: "En primaire, en maternelle, en crèche, les enfants sont peu susceptibles de se contaminer entre eux et de contaminer les adultes autour d'eux ".

Pour rappel, l'Éducation nationale a publié un document indiquant les symptômes de la Covid-19 qui devait pousser le ou la chef.fe d'établissement à l'isoler et à appeler ses parents: "Survenue brutale d'un ou plusieurs des signes cliniques suivants: infection respiratoire aiguë avec fièvre ou sensation de fièvre, fatigue inexpliquée, douleur musculaire inexpliquée, maux de tête inhabituels, diminution ou perte du goût ou de l'odorat, diarrhée".

À Saint-Denis, un autre laboratoire facture lui aussi 100 euros le test PCR. Mais concernant l'arrivée des tests salivaires, le ministre a déclaré attendre l'avis de la Haute autorité de santé, qui doit être publié vendredi.

Les professionnels des crèches devront désormais porter le masque y compris avec les enfants, a annoncé jeudi Olivier Véran, se basant sur une nouvelle étude qui va permettre dans le même temps "d'assouplir le protocole sanitaire" dans les écoles.

Dernières nouvelles