Deux morts, d'importants dégâts (afp) — Ouragan en Grèce

Grèce : Un ouragan méditerranéen est en train de s’abattre sur le pays

L'ouest de la Grèce touché par un rare ouragan méditerranéen

ATHÈNES | L'ouest de la Grèce était touché, vendredi, par un ouragan méditerranéen ou "médicane", rare phénomène météorologique, accompagné de pluies torrentielles et de violentes rafales, qui est attendu dans la région d'Athènes dans la nuit.

Parce que les tempêtes méditerranéennes ne proviennent pas des tropiques, les météorologues ne les appellent pas tempêtes tropicales ou ouragans.

Une femme a été découverte morte dans sa maison envahie par les eaux à Farsala, ont annoncé les pompiers.

Un homme sexagénaire a été retrouvé mort samedi dans une bergerie près de Karditsa.

A Mouzaki, une ville avoisinante, une femme, âgée de 40 ans, est portée disparue après que sa voiture a été emportée par la rivière Pamissos, selon la même source.

Le Premier ministre Kyriakos Mitsotakis a exprimé sur son Twitter ses "condoléances" pour la perte des vies et appelé ses concitoyens à "être vigilants".

Le réseau routier et ferroviaire a subi d'importants dégâts, particulièrement en Thessalie.

Le cyclone se dirigeait samedi vers le sud du pays, dans le Péloponnèse. De nombreuses maisons ont été inondées lors de fortes précipitations dans la ville de Corinthe. Ianos se déplace désormais vers l'île de Crète.

Inondations, coupures de courant, chutes d'arbres: de Zante à Céphalonie, en passant par Corfou, les îles paradisiaques de la mer Ionienne, entre l'Italie et la Grèce, n'ont pas été épargnées vendredi au petit matin.

Un bateau transportant 55 migrants a envoyé un message de détresse au large des côtes du Péloponnèse, à l'ouest du pays, ont rapporté les gardes-côtes grecs dans la matinée.

Le cyclone Ianos pourrait néanmoins être "moins fort que prévu, bien que toujours en cours", a déclaré vendredi à l'AFP Efthymios Lekkas, professeur de gestion des catastrophes naturelles à l'Université d'Athènes. La Grèce a déjà connu un ouragan en 2018, qui avait fait deux morts sur l'île d'Eubée.

Et même s'ils n'en sont pas puisqu'ils restent, à nos latitudes, de plus petite taille que les cyclones tropicaux et durent moins longtemps, les médicanes peuvent atteindre l'intensité d'un ouragan.

Pour l'instant, "ces cyclones ne sont pas liés au changement climatique car on n'a pas observé une augmentation de leur fréquence ces dernières années", estime Kostas Lagouvardos.

Dernières nouvelles