Le numéro 2 de LREM démissionne pour créer "un électrochoc"

France – Parti de Macron: Sibeth Ndiaye de retour et en force

France – Parti de Macron: Sibeth Ndiaye de retour et en force

Pierre Person, numéro deux de La République en Marche (LaRem), a décidé de quitter la direction du parti présidentiel auquel il reproche de ne plus produire d'idées neuves et de ne pas tenir suffisamment compte de ses militants de base.

Dans un entretien au Monde, Person a indiqué qu'il reste membre du groupe parlementaire, mais a choisi de démissionner de ses fonctions de délégué général adjoint et de ne plus siéger au bureau exécutif.

Sibeth Ndiaye, conseillère en communication, ancienne porte-parole du gouvernement, est de retour dans le parti présidentiel, La République en marche (LREM).

Il regrette un parti "resté dans la logique de 2017 ", à l'organisation "repliée sur elle-même ". "Au moment où le président de la République a demandé à chacun de se réinventer, je ne crois pas que LREM puisse s'en affranchir", répond Pierre Person, qui assure qu'il soutiendra Emmanuel Macron lors de la présidentielle de 2022. "Il ne permet ni de faire vivre nos différentes sensibilités, ni de mener le rassemblement, ni de produire des idées neuves", poursuit le député de Paris, qui, "pour donner un nouveau souffle" à sa formation dirigée par Stanislas Guerini, quitte son poste de délégué général adjoint et appelle les autres membres de la direction "à prendre eux aussi leurs responsabilités". Quatre ans après la création du mouvement, Pierre Person juge qu'il "ne produit plus d'idées nouvelles " et doit désormais "avoir sa propre raison d'être, sans porter uniquement en copier-coller le message du gouvernement ". "Cela montre bien que le parti n'a pas pris la mesure de la situation". "Il a de grandes qualités humaines, managériales et n'a pas ménagé ses efforts".

Selon plusieurs sources interrogées par l'AFP, Marie Guevenoux, députée LREM ex-LR et ex-juppéiste, devrait être intronisée numéro 2 du parti ce lundi soir lors d'un bureau exécutif. Aucun des candidats de la majorité présidentielle n'est parvenu à se maintenir au second tour.

Sacha Houlié ne nie pas le besoin de réorganisation du parti présidentiel après un échec aux élections municipales où "les résultats n'ont pas été à la hauteur", et un deuxième revers aux législatives partielles.

Dernières nouvelles