Les démocrates craignent que Trump serve un vaccin non fiable — Coronavirus

Sous les attaques de Biden Trump promet un vaccin dès octobre

Trump promet qu'il y aura assez de vaccins pour tous les Américains d'ici avril | Coronavirus

Les États-Unis de Donald Trump (330 millions d'habitants) ont réservé un total de 800 millions de doses auprès de six fabricants, et l'Union européenne (450 millions d'habitants) a au moins acheté 1,5 milliard de doses, selon un décompte de l'AFP.

"Trump a confirmé ce soir, encore, qu'après avoir laissé empirer pendant huit mois la pire crise sanitaire depuis 100 ans, non seulement il n'a pas de plan, mais il ne comprend rien", a dit la porte-parole de Joe Biden, Kate Bedingfield.

"La première responsabilité d'un président est de protéger le peuple américain et il ne le fait pas", a affirmé l'ancien vice-président de Barack Obama lors d'un discours mercredi après-midi dans son fief de Wilmington, dans le Delaware.

"Si vous me demandez à quel moment un vaccin sera disponible à une majorité d'Américains, afin que nous puissions retourner à un rythme de vie normal, je crois qu'il faut regarder vers le troisième ou le quatrième trimestre de 2021", a mentionné le Dr Redfield. Sa gestion du virus "le disqualifie totalement", a-t-il déclaré.

Pourtant, la course aux vaccins progresse rapidement aux États-Unis, avec deux candidats (Pfizer et Moderna) sur le point d'avoir recruté 30 000 participants dans leurs essais cliniques contre placebo.

"Je fais confiance aux vaccins, je fais confiance aux scientifiques, mais je n'ai pas confiance en Donald Trump".

La distribution de doses sera initialement "très limitée" et réservée à certaines populations prioritaires, peut-être à partir de novembre ou décembre, a détaillé Robert Redfield, ceci bien sûr, si les essais cliniques étaient concluants avant l'élection du 3 novembre, ce qui est jugé peu probable par des responsables et des experts, rapporte 20 Minutes. "Le masque n'est pas aussi important que le vaccin".

Un responsable de l'opération Warp Speed, qui coordonne toute la stratégie vaccinale du gouvernement, a du reste annoncé mercredi que la logistique était en train d'être mise en place afin de distribuer les premières doses de vaccins dans les 24 heures suivant une éventuelle autorisation en urgence par l'Agence des médicaments (FDA).

" L'adoption des documents techniques garantira que des preuves cliniques universellement acceptables de l'efficacité des médicaments à base de plantes pour le traitement de la COVID-19 seront produites sans compromettre la sécurité des participants", a déclaré le professeur Motlalepula Gilbert Matsabisa, président du comité d'experts.

Des experts, dont le directeur de l'Institut américain des maladies infectieuses Anthony Fauci, disent que l'homologation d'un vaccin devrait plus probablement arriver à la fin de l'année.

Cela n'a été fait qu'à de rarissimes occasions dans l'histoire de l'agence, notamment en 2011, quand l'administration de Barack Obama a décidé de ne pas suivre un avis de la FDA favorable à ce que la pilule du lendemain soit accessible sans ordonnance.

Dernières nouvelles