L’Algérie réagit officiellement au documentaire de M6 sur le Hirak

M6 interdite en Algérie après la diffusion d'un documentaire sur le mouvement «Hirak»

Enquête exclusive (M6) : la chaîne interdite en Algérie après la diffusion d'un documentaire

Le ministère algérien de la Communication l'a annoncé après la diffusion d'un documentaire dans l'émission Enquête exclusive au sujet du mouvement populaire "Hirak". Dans un communiqué publié ce lundi 21 septembre 2020, le ministère de la communication du pays accuse la chaîne d'avoir porté "un regard biaisé due le Hirak" et d'avoir réalisé un documentaire alors que l'équipe disposait d'une "fausse autorisation de tournage". "Ce précédent nous conduit à décider de ne plus autoriser M6 à opérer en Algérie, sous quelque forme que ce soit", affirme le ministère. La crise sanitaire a nécessité la suspension des marches du Hirak à la mi-mars.

"Un tournage clandestin supposé révéler +la face cachée+ de notre pays s'est avéré être une somme d'anecdotes sans profondeur et sans rapport avec la réalité socio-économique (en amélioration constante) et politique (d'ouverture démocratique)", conclut le ministère de la Communication.

Selon la même source, le reportage a été réalisé par une journaliste franco-algérienne avec l'aide d'un fixeur algérien, "munis d'une fausse autorisation de tournage ".

Il qualifie ce tournage d'une " infraction au demeurant sévèrement sanctionnée ", promettant d'engager des poursuites judiciaires contre les auteurs du reportage pour " faux en écriture authentique ou publique ".

Il " n'est pas fortuit que ces médias, outillés pour accomplir un agenda visant à ternir l'image de l'Algérie et à fissurer la confiance indéfectible établie entre le peuple algérien et ses institutions, agissent de concert et à différents niveaux et supports", estime-t-il.

La chaîne de télévision française M6 ne sera plus autorisée à diffuser en Algérie.

Dans un communiqué rendu public, le ministère a fait savoir que " les principaux concernés ont pris contact avec le Conseil supérieur de l'audiovisuel français (CSA) et ont saisi les services de l'ambassade de France en Algérie, afin de porter plainte pour avoir été manipulés, hors de tout professionnalisme, de toute déontologie et de toute morale ".

Dernières nouvelles