Laporte et Altrad en garde à vue : le rugby dans la tempête

Affaire Altrad patron du rugby français Laporte est en garde à vue

Cyril Hanouna : Un chroniqueur de Balance Ton Post placé en garde à vue !

Le patron du rugby français Bernard Laporte a été placé en garde à vue mardi, soupçonné d'avoir usé de son influence en faveur d'un grand argentier de ce sport, une mesure judiciaire qu'il considère comme une "déstabilisation" à 10 jours de briguer un nouveau mandat à la tête de la fédération. Bernard Laporte, président de la FFR, Serge Simon, vice-président de la FFR, Nicolas Hourquet, responsable des relations internationales à la FFR, Claude Atcher, directeur général du comité d'organisation de la Coupe du monde 2023 en France, tous placés en garde à vue.

Des inspecteurs généraux du ministère des Sports ont également établi dans un rapport transmis à la justice que les décisions de la commission ont été " modifiées ", entre les 29 et 30 juin 2017. Ancien joueur, il avait notamment été champion de France sous les ordres de Bernard Laporte en 1991. Le club est d'abord condamné à 70.000 euros d'amende et un match à huis clos, avant de passer à 20.000 euros et un sursis pour le match à huis clos. Le dossier portait sur le déploiement de banderoles hostiles à la Ligue par les supporteurs du MHR.

L'enquête préliminaire porte sur des soupçons de pressions qu'aurait exercées Bernard Laporte sur la commission d'appel de la FFR pour atténuer des sanctions contre le club de Montpellier alors qu'une entreprise qu'il dirige, BL Communications, avait signé en 2017 un contrat de prestations d'image avec le groupe Altrad, qui est également sponsor de l'équipe de France de rugby.

Affaire Altrad patron du rugby français Laporte est en garde à vue
Fédération française de Rugby : le président Bernard Laporte arrêté

Un sponsor important. Trois mois plus tôt Altrad, groupe spécialisé dans les matériaux de bâtiment, était devenu un sponsor important du XV de France. Sous la pression, l'ancien manager de Toulon avait finalement renoncé à ce contrat. Laporte est notamment soupçonné d'avoir favorisé le MHR, en intervenant auprès de la commission d'appel de la FFR pour adoucir des sanctions contre le club, fin juin 2017. L'avocat du président de la Fédération, Me Jean-Pierre Versini-Campinchi a dénoncé lundi le "timing" de cette nouvelle convocation, à quelques jours de l'élection du prochain président de la FFR. Et voici que le réveil de cette vieille affaire, qui remonte à 2017, vient à point nommé pour donner des arguments supplémentaires à son principal opposant, Florian Grill, dans la course à la Fédération. Jean-Daniel Simonet, lui, a assuré aux inspecteurs du ministère des Sports que sa commission n'en était qu'au stade d'une "hypothèse" de décision le 29, d'après lui, trop sévère.

Il n'était pas possible dans l'immédiat de savoir si M. Laporte était entendu dans le cadre d'une audition libre ou sous le régime de la garde à vue.

Dernières nouvelles