Pourquoi la DRH de Charlie Hebdo a-t-elle dû quitter son domicile ?

Pourquoi la DRH de Charlie Hebdo a-t-elle dû quitter son domicile

En plein procès, la DRH de Charlie Hebdo exfiltrée de son domicile après des menaces "précises"

La semaine dernière, lundi 14 septembre, au vu de menaces précises, les policiers l'ont invitée à quitter son domicile sans tarder explique-t-elle dans une interview au Point : "J'ai eu dix minutes pour faire mes affaires et quitter mon domicile". Heureusement, je ne suis pas seule, j'ai des amis réactifs qui me soutiennent.

L'organisation jihadiste Al-Qaïda a menacé d'attaquer de nouveau l'hebdomadaire satirique qui a réédité des caricatures du prophète de l'islam Mahomet à l'occasion du procès, affirmant que le raid meurtrier de janvier 2015 contre le journal "n'était pas un incident ponctuel".

Une exfiltration qui "traduit le niveau de tension inédit auquel nous sommes confrontés", note-t-elle dans les colonnes du Point, en soulignant "un niveau de haine hallucinant autour de Charlie Hebdo".

"Dans un contexte pesant, faisant remonter des souvenirs douloureux, ces nouvelles menaces rappellent l'ambiance qui a toujours entouré le journal". Elle a vécu avec Charb " quinze ans de relations non-officielles", a-t-elle raconté au procès des attentats de 2015 qui se déroule en ce moment. Ce procès est celui de terroristes mais aussi de la liberté de la presse et de la liberté d'expression. Elle s'en prend également à Jean Luc Mélenchon l'accusant d'instaurer "un climat de haine ". "Et lorsqu'un internaute l'a interpellé sur ce dessin plus que douteux, Jean-Luc Mélenchon lui a répondu que le Likoud le rendait fou". Beaucoup de responsables politiques ont, par clientélisme ou par peur, oublié des notions fondamentales comme la citoyenneté. Or, " on ne s'adresse pas à des électeurs potentiels en fonction de leur couleur de peau ou de leur religion ", a-t-elle prévenu. "Je continuerai à me battre pour que cela ne soit jamais le cas ", a-t-elle enfin promis.

Dernières nouvelles