Didier Raoult accuse les Hôpitaux de Marseille de lancer des "messages alarmistes"

Le professeur Raoult s'oppose aux mesures prises par le gouvernement à Marseille

Le professeur Raoult s'oppose aux mesures prises par le gouvernement à Marseille

Dans une lettre adressée au président de la commission médicale de l'Assistance publique-Hôpitaux de Marseille (AP-HM) et datée du 24 septembre, le professeur Raoult accuse les médecins des hôpitaux marseillais de diffuser des "messages alarmistes qui ne reflètent pas la réalité", rapporte Le Monde ce vendredi.

"Vous portez une responsabilité dans les mesures déraisonnables prises contre la ville, par le ministre de la santé", est-il écrit dans cette lettre, consultée par nos confrères du Monde.

Soutenant ainsi les élus et les professionnels vent debout contre le gouvernement au lendemain des nouvelles contraintes sanitaires annoncées par Olivier Véran, provoquant un tollé dans la cité phocéenne.

Pour ce faire, Raoult s'appuie sur un point chiffré sur l'évolution de l'épidémie à Marseille.

Pour se justifier, Didier Raoult rappelle "une stabilisation du nombre de cas diagnostiqués depuis le 6 septembre, avec une diminution régulière du nombre de cas [.] des résidents de Marseille". Et même, à l'IHU Méditerranée dont il est le directeur, l'incidence serait passée de 20% à 5% des personnes testées sur la période.

Selon l'infectiologue, le nombre de nouveaux patients pris en charge par l'IHU a presque réduit de moitié. Dans les hôpitaux de l'AP-HM, il indique que les passages en réanimation sont passés de "34 à 38" en une semaine, ce qui ne témoigne pas selon lui d'un flux alarmant. Quant aux 75 lits d'hospitalisation de l'institut, "12 étaient libres hier soir", précise-t-il. Il regrette que dans ces conditions, les médecins de Marseille véhiculent des messages qui ne rendent " service à personne et ne (reflètent) en aucun cas la réalité ". Didier Raoult fait référence à un mail interne que le président de la CME a adressé il y a quelques jours au corps médical du CHU pour l'alerter sur une "dynamique de croissance en termes d'hospitalisations" et les solliciter les chefs de service pour que leurs équipes viennent prêter main-forte pour surmonter les difficultés d'effectifs.

Dernières nouvelles