Cinq nouvelles gardes à vue

La société de production Premières Lignes a été frappée par une attaque à l'arme blanche faisant deux blessés

La société de production Premières Lignes a été frappée par une attaque à l'arme blanche faisant deux blessés. AFP- GEOFFROY VAN DER HASSELT

Une seconde personne a également été placée en garde à vue dans la foulée, puis cinq autres en fin de journée, lors d'une perquisition à Pantin, en Seine-Saint-Denis.

Le parquet national antiterroriste a été saisi de l'enquête, ce qui ne préjuge pas de la qualification de l'attaque comme attentat.

Les deux blessés sont deux collaborateurs du magazine de France 2 "Cash Investigation", travaillant pour la société de production, ont indiqué Elise Lucet et une salariée de l'entreprise, jointe par l'AFP. C'était très factuel. Je viens de revenir dans mon bureau, et on va réunir tout le monde pour parler de ce qui s'est passé. Les enquêteurs devront déterminer également si le deuxième homme interpellé est impliqué dans cette attaque. Dans les deux cas, il s'agit de salariés de la société de production.

Le procureur de Paris Rémy Heitz a ouvert une autre enquête, ce vendredi soir, à la suite de la diffusion de différentes photographies en lien avec l'enquête portant sur les faits de tentative d'assassinat en relation avec une entreprise terroriste commis ce jour dans le 11ème arrondissement de Paris.

Ces investigations seront menées du chef de violation du secret de l'enquête et ont été confiées à la délégation parisienne de l'Inspection générale de la Police nationale.

Deux hommes ont été arrêtés et sont en garde à vue.

Que sait-on des victimes?

Deux personnes se trouvaient en "urgence absolue", a précisé la préfecture de police de Paris.

L'attaque aurait été menée par deux personnes. "Ce sont des images assez terrifiantes, des visages en sang. Je pense que l'agresseur attendait que quelqu'un sorte et, un peu au hasard, a frappé", ajoute Bernard Nicolas.

Le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin a estimé ce vendredi soir sur le plateau de France 2 que l'attaque à l'arme blanche à Paris était " manifestement un acte de terrorisme islamiste ". En revanche, les services de renseignements n'avaient jamais entendu parler de lui.

En outre, le principal suspect ne présentait "aucun signe de radicalisation" pendant sa prise en charge par l'aide social à l'enfance, selon le conseil départemental du Val-d'Oise. "Le temps de se remettre de nos émotions, nous sommes ensuite rentrées à pied chez Emie, rue du Chemin Vert, c'est-à-dire tout à côté où ont eu lieu les attaques, boulevard Richard-Lenoir, où régnait un silence inhabituel et inquiétant, un calme lourd et pesant ". Le premier, Ali H., âgé de 18 ans (né en 2002 à Mandi Bahauddin au Pakistan), a été arrêté par les policiers du commissariat du XIe arrondissement sur les marches de l'Opéra Bastille vers 12h35.

Dernières nouvelles