La perte d'odorat serait un symptôme rassurant — Coronavirus

Perte de l’odorat et du goût : pourquoi c’est plutôt

Perdre l’odorat à cause du Covid est plutôt une bonne nouvelle, selon une étude

Une série d'études conduites notamment par l'hôpital Foch permet d'en savoir plus sur les pertes d'odorat (anosmie) et de goût (dysgueusie) entraînées par une infection au Covid-19.

Il s'avère que ces deux symptômes apparaissent généralement dans des formes plus modérées de la maladie plutôt que dans des formes graves. Dans le cas des patients ayant perdu le goût, ils sont tout de même 90% à le retrouver, là encore, deux mois après la guérison. Selon une récente étude européenne coordonnée par l'hôpital Foch de Suresnes dans les (Hauts-de-Seine) et l'université de Mons (Belgique) se serait presque un bon signe.

Pour arriver à cette conclusion, les chercheurs ont examiné l'évolution de l'état de santé de 1300 patients atteints du nouveau coronavirus. Résultat: "les résultats montrent que parmi les patients qui étaient dans les groupes 3 et 4, soit les plus fortement atteints, seuls 10 à 15 % d'entre eux avaient une perte d'odorat". Ces derniers ont été répartis en quatre groupes selon le niveau de gravité de leurs symptômes: les "légers" qui peuvent rester à la maison, les "modérés" qui ont des difficultés respiratoires, les "sévères" qui ont besoin de fournitures occasionnelles. l'oxygène à l'hôpital, et les "très sévères" qui sont en réanimation ou en réanimation.

Les chercheurs émettent d'ailleurs une hypothèse: chez ces patients qui ont ressenti une perte d'odorat, le virus, en passant par le nez, a engendré une réaction immunitaire très forte localement, qui a produit cette perte d'odorat mais qui a limité l'infection au bulbe olfactif, empêchant le virus d'aller plus loin. Des images IRM montrent alors une atteinte du bulbe olfactif, une région située à la base cerveau et qui a un rôle majeur dans l'odorat. Le virus est alors contenu par le système immunitaire. Le virus ne passe donc pas ou peu dans le sang, ce qui n'est pas le cas pour les formes sévères.

L'étude a également révélé que 85% des patients souffrant d'anosmie récupéraient leur odorat en trois mois.

Dernières nouvelles