Les Suisses rejettent les entraves à l'immigration de citoyens de l'UE

Drapeau de la Suisse

Les Suisses disent largement non à la limitation de la libre circulation avec l'UE d’après les projections AFP 2020 Fabrice Coffrini

Selon l'institut de sondage gfs-Bern, les électeurs ont rejeté à 63% cette initiative à laquelle s'opposaient l'ensemble des autres forces politiques ainsi que le monde économique. Mais le "oui" surprise de 2014 incite à la prudence.

L'Union démocratique du centre (UDC ou SVP en Allemand) avait appelé à un référendum sur l'accord avec l'Union européenne, qui constituait un test important pour mesurer le sentiment de la confédératon vis-à-vis des résidents non-suisses qui pèsent un quart de la population.

Si le référendum avait remporté une majorité de oui, le gouvernement suisse, déjà engagé dans des discussions ardues sur la souveraineté au sein de l'Union, aurait été contraint d'annuler l'accord avec l'Union européenne si des négociations n'aboutissaient pas à un accord mettant fin au pacte de manière volontaire, ce qui était loin d'être acquis. Il y a six ans, les Suisses avaient ainsi approuvé, à une très courte majorité, une première initiative populaire de l'UDC réintroduisant des quotas de migrants, notamment européens. Craignant des représailles de l'UE, Berne avait adouci le texte de mise en œuvre de l'initiative: adopté en 2016 par le parlement, il donne une préférence nationale à l'embauche et établit des formalités supplémentaires pour les employeurs basés en Suisse voulant faire venir des employés européens.

En 1992, les Suisses avaient également voté "non " à l'entrée de leur pays dans l'Espace économique européen, un accord signé par les Etats membres de la Communauté européenne, l'ancêtre de l'UE, et les pays membres de l'Association européenne de libre-échange (AELE). Plus de 180 000 travailleurs frontaliers vivant en France travaillent en Suisse.

L'UDC entendait faire écho à certains des arguments en faveur d'un contrôle plus strict de l'immigration défendus par les tenants du Brexit en Grande-Bretagne.

Les Suisses ont également voté sur l'instauration de deux semaines de congé de paternité, approuvant la proposition à une nette majorité. Les Suisses se prononcent ce dimanche 27 septembre 2020 sur cette question aux enjeux majeurs.

La législation sur le sujet évolue rapidement au niveau international.

Dernières nouvelles