Éric Dupond-Moretti souhaite que la justice soit "totalement filmée et diffusée"

Le ministre de la Justice répondait aux questions de lecteurs du Parisien

Le ministre de la Justice répondait aux questions de lecteurs du Parisien

"Je suis pour que la Justice soit désormais totalement filmée et diffusée".

Il y voit "une garantie démocratique".

Fanny, éducatrice spécialisée dans une association de réinsertion à Paris, lui a ainsi posé une question sur le "fonctionnement à deux vitesses" de la justice: "On a parfois le sentiment que des personnes de couleur ou qui viennent de cités ne subissent pas le même traitement que les personnalités politiques ou les gens des beaux quartiers..."

Dans un entretien au "Parisien", le garde des Sceaux dit souhaiter rendre publics les audiences avant la fin du quinquennat.

La captation de ces procès consiste à montrer la complexité et faciliter la compréhension des décisions de justice: "Quand on est au café du commerce entre l'anisette et le café, on fait rouler des têtes, explique l'actuel ministre de la Justice, avec son coutumier sens de la formule". Mais quand on rentre au palais de justice et qu'on prête serment, on se rend compte à quel point c'est compliqué.

Le magistrat a qualifié l'idée "d'un peu surprenante, étrange".

Pour Joël Espel, il faut éviter une "retransmission en direct, sans filtre" des procès.

Seule rare exception à la loi, quand l'enregistrement du procès présente "un intérêt pour la constitution d'archives historiques de la justice". C'est le cas du procès des attentats contre Charlie Hebdo, actuellement filmé mais qui sera diffusé librement dans 50 ans.

Concluant que le pus difficile serait pour "certains témoins, de retrouver la parole, venir dire ce à quoi ils ont assisté, pareil pour les victimes, et le fait que ce soit totalement retransmis, à mon avis, aurait un trop gros impact sur les victimes".

Dernières nouvelles