Trump réclame que Biden fasse un test antidopage pour le débat

Marché: Les actions repartent à la baisse la prudence l'emporte avant le débat Trump-Biden

Aux États-Unis, le premier débat entre Donald Trump et Joe Biden vire au chaos

"J'ai payé beaucoup, et j'ai payé beaucoup d'impôts sur le revenu au niveau de l'Etat aussi", a-t-il ajouté sans plus de précisions. Selon lui, le président applique les recettes du chef de la propagande nazi Joseph Goebbels: " Vous dites un mensonge encore et encore, vous le répétez, le répétez, le répétez, pour que cela devienne un fait acquis.

Celui qui a fait de sa fortune un argument de campagne a aussi alimenté, par son refus, les spéculations sur l'étendue de cette richesse, sur de possibles pratiques d'optimisation fiscale à la frontière de la légalité ou sur de potentiels conflits d'intérêt.

À deux jours du premier débat télévisé entre les deux candidats à la Maison Blanche, Donald Trump a attaqué Joe Biden, suggérant que son adversaire prenne des drogues. Ses performances de Débat ont été un record INÉGAL, pour le dire légèrement.

Le président républicain, qui raille régulièrement les moments de flottement de son adversaire démocrate lors de ses prises de parole, a soupçonné ce dernier de prendre des "médicaments" pour améliorer ses performances. J'exigerai avec fermeté un test antidopage pour Joe Biden l'endormi avant, ou après, le débat de mardi soir " a lancé l'ex-président Trump qui a affirmé par la même occasion être prêt à se soumettre au même test. Toutefois aucun test n'est prévu officiellement pour le débat. Seuls des médicaments ont-ils pu provoquer ces écarts???

Interrogé en conférence de presse, Joe Biden s'est refusé, en souriant, à tout commentaire sur ce sujet.

Donald Trump ne cesse de railler l'absence de dynamisme de son rival, qu'il surnomme " Joe l'endormi ", voire de suggérer une forme de sénilité.

Le démocrate qui, au nom des précautions sanitaires liées à la pandémie de Covid-19, mène une campagne plus discrète que celle tambour battant du républicain et ne s'expose que rarement à la contradiction, sera comme rarement sous les projecteurs.

Connu pour ses gaffes et dérapages, il a admis que la confrontation télévisée serait "difficile".

"Je m'attends à des attaques directes, essentiellement des attaques personnelles, c'est tout ce qu'il sait faire", a-t-il ajouté au sujet du président sortant républicain.

Donald Trump entend lui arriver à ce rendez-vous auréolé, auprès de sa base, du choix d'Amy Coney Barrett, une magistrate connue pour ses convictions religieuses traditionalistes, pour siéger à la plus haute juridiction américaine à la suite du décès de la juge progressiste Ruth Bader Ginsburg.

Debout à ses côtés, il a prédit une confirmation " rapide " par le Sénat, où son camp républicain dispose de la majorité.

Sauf énorme surprise, Amy Coney Barrett, 48 ans, viendra renforcer la majorité conservatrice au sein de cette institution-clé qui tranche les grands débats de la société américaine.

Les démocrates tentent donc d'agiter le spectre d'une Cour suprême durablement à droite pour mobiliser leur électorat, notamment en défense de l'Obamacare, la loi d'assurance-santé adoptée lorsque Joe Biden était à la Maison Blanche comme vice-président de Barack Obama.

Dernières nouvelles