Vatican: un des plus influents prélats démissionne

Corruption: Angelo Becciu, cardinal très proche du pape François démissionne

Que cache la démission du Cardinal Becciu au Vatican ?

En 2015, le pape François avait accepté la renonciation aux prérogatives de cardinal de Mgr Keith O'Brien, ancien archevêque d'Édimbourg qui avait démissionné deux ans plus tôt après avoir été l'objet de plaintes de jeunes prêtres pour des "actes inappropriés" dans les années 1980.

L'un des cardinaux les plus influents du Vatican, l'Italien Angelo Becciu, a démissionné jeudi mystérieusement de ses fonctions au sein du gouvernement du Saint-Siège, qui n'a fourni aucune explication.

Le cardinal de 72 ans garde son titre mais perd tous les droits attachés à la fonction, notamment la possibilité d'élire un nouveau pape ou de conseiller l'actuel souverain pontife.

Le nom du cardinal a été maintes fois évoqué dans le cadre d'une enquête explosive, lancée voici un an, sur d'opaques montages financiers pour acheter un immeuble dans le chic quartier londonien de Chelsea.

Une brève déclaration, publiée de façon inhabituelle dans la soirée, a déclaré que le pape François avait accepté la démission du cardinal Giovanni Angelo Becciu, chef du département qui décide qui seront les saints de l'Église catholique romaine. Le processus d'investissement dans le projet de construction d'appartements de luxe a commencé en 2014 lorsque Becciu était au secrétariat du Vatican, la bureaucratie centrale du Saint-Siège. Il aurait dirigé à plusieurs reprises des centaines de milliers d'euros de l'épiscopat italien et du Saint-Siège vers une coopérative en Sardaigne gérée par son frère.

En juin, la police du Vatican a arrêté Gianluigi Torzi, un intermédiaire italien qui faisait partie d'un accord controversé, et l'a accusé d'extorsion, de détournement de fonds, de fraude aggravée et de blanchiment d'argent, a déclaré le bureau de presse du Vatican dans un communiqué. Becciu a défendu l'achat en début d'année lors d'un entretien.

"Je sais que dans mon diocèse il y a une situation d'urgence, notamment en matière d'emploi ", a-t-il expliqué. "Je ne défie pas le pape, mais chacun à droit à sa propre innocence ", a-t-il ajouté, en jugeant que le pape avait pu être "mal informé " et possiblement "manipulé ".

Dans le collimateur de la justice vaticane pour de supposées malversations financières qui ont éclaboussé cinq autres employés de la Secrétairerie d'État, il aurait également détourné des fonds du Saint-Siège au profit de ses frères, selon les révélations du journal italien La Repubblica.

Dernières nouvelles