Washington (AFP). Nouveau répit pour TikTok aux Etats-Unis

TikTok demande la suspension de son interdiction aux Etats-Unis

Etats-Unis : l'heure de vérité approche pour l'application TikTok, menacée d'interdiction

Suite à une audience téléphonique en début de journée, le juge Carl Nichols de la cour de district des Etats-Unis pour le district de Columbia a temporairement bloqué le décret du gouvernement américain qui devait empêcher tout nouveau téléchargement ou mise à jour de l'application pour les utilisateurs existants.

La commande de l'administration Trump exigeait l'interdiction des nouveaux téléchargements de l'application à partir de minuit (04h00 GMT lundi), mais TikTok serait autorisé à être utilisé jusqu'au 12 novembre, date à laquelle toute utilisation serait bloquée. En fait, le mois dernier, le gouvernement chinois a adopté de nouvelles règles qui obligent les entreprises locales à obtenir une autorisation spéciale avant que nous puissions vendre ou exporter certaines technologies particulières à l'étranger, et les algorithmes d'intelligence artificielle qui rendent TikTok si spécial entrent dans les catégories mentionnées dans la disposition. Hall avait fait valoir lors de l'audience de 90 minutes dimanche matin que l'interdiction était "sans précédent" et "irrationnelle".

Un autre juge américain en Pennsylvanie a refusé samedi d'interdire l'offre de trois créateurs de contenu Ticketcock, tandis qu'un juge californien a suspendu une ordonnance similaire visant à influencer l'application WeChat de Tencent Holdings. Selon TikTok, ce blocage lui causerait des dommages irréparables: elle gagnait plus de 420 000 nouveaux utilisateurs américains chaque jour au début de l'été.

Dans un décret du 6 août, il l'avait qualifiée de menace pour la "sécurité nationale" et avait annoncé qu'elle serait interdite de transactions avec des entreprises aux Etats-Unis à moins d'être vendue à un groupe américain. Donald Trump accuse depuis longtemps TikTok d'espionnage sur ses utilisateurs au profit de Pékin, sans toutefois fournier de preuves de ces affirmations.

La plateforme avait déjà engagé une procédure judiciaire fin août en Californie pour contester le décret d'interdiction.

Les négociations achopperaient sur plusieurs points, notamment concernant l'algorithme de recommandations de vidéos sur TikTok, qui rend les jeunes accros. De quoi couper net la folle croissance de l'application, et ce alors que son propriétaire ByteDance est en pleine négociation pour faire entrer les américains Oracle et WalMart au capital de la future entité TikTok Global. C'était la cerise sur le gâteau pour TikTok dont la sécurité et la confidentialité des données sont remises en question par l'administration américaine.

Lundi, l'hôte de la Maison Blanche, en campagne pour sa réélection, a martelé qu'il ne donnerait pas son aval si le nouveau groupe restait sous contrôle chinois tout en affirmant que Oracle et Walmart allaient posséder la majorité du nouveau groupe.

La Chine refuse que ce précieux système informatique ne tombe dans l'escarcelle américaine.

ByteDance, qui comprend des investisseurs américains, a qualifié ces informations "de rumeurs erronées".

Dernières nouvelles