Poursuite des recherches pour retrouver les disparus

Les secours étaient toujours à la recherche de personnes en France après les crues qui ont dévasté vendredi des vallées du sud-est de ce pays et du nord-ouest de l'Italie

Inondations dans le Sud-Est : le bilan s'alourdit, l'armée en appui des secours

C'est une véritable désolation qu'a laissée derrière elle la tempête Alex dans les Alpes-Maritimes et en Ligurie.

De son côté, le président de l'association Green (Groupement pour la Responsabilisation Environnementale et l'Éducation à la Nature) a réclamé dimanche 4 octobre "que le parc Alpha et la préfecture donnent des informations dès maintenant et que soit pris un arrêté protégeant les loups".

Le corps d'un homme a été retrouvé dimanche dans sa voiture immergée à Saint-Martin-Vésubie, dans les Alpes-Maritimes, portant à au moins quatre le nombre de morts causés par les intempéries meurtrières qui ont frappé le sud-est de la France et le nord de l'Italie vendredi. Deux morts avaient par ailleurs été dénombrés en Italie la veille.

Dimanche, les secours italiens avaient déjà annoncé que le corps d'un berger français avait été retrouvé dans le fleuve Roya, du côté français de la frontière, selon eux.

En France, "les recherches pour retrouver des personnes disparues se poursuivent, tout comme le déblaiement pour tenter de rétablir les voies d'accès" aux zones sinistrées, ont déclaré les pompiers du département des Alpes-Maritimes, selon lesquels 20 personnes au total sont manquantes.

En Italie, cela faisait des décennies que les habitants n'avaient pas vu un tel désastre: de la riviera aux vallons du Piémont, le déluge a dévasté des villages entiers, emporté ponts et routes, aggravant la détresse des habitants après des mois d'un confinement ruineux pour l'activité locale. Avec la destruction des routes départementales, l'accès des secours aux populations sinistrées est rendu très difficile.

"J'ai tout perdu. Ma maison de 25 mètres de long a été enveloppée par la Vésubie", témoigne à Roquebillière Alain Brucy, 63 ans, à l'arrivée des camions chargés de produits de première nécessité, de l'eau au papier toilette en passant par de la nourriture pour bébé ou des pelles pour déblayer les décombres. L'eau n'est plus potable et l'électricité manque dans le vieux village.

L'urgence est aussi au rétablissement de l'approvisionnement en eau, de l'assainissement et des télécommunications.

Sur le versant français, dans la vallée de la Roya, au-dessus de Menton, la route n'est praticable que jusqu'à la commune de Breil-sur-Roya en faisant un détour par des cols.

Lundi soir, les trois vallées de la Vésubie, de la Roya et de la Tinée restaient inaccessibles par voie terrestre, et privées d'électricité et de téléphone. "Soit la moitié des chutes annuelles en une seule journée", du jamais vu "depuis le début de ces statistiques en 1913", a-t-il dit.

Dernières nouvelles