La France veut refonder ses relations culturelles avec l'Afrique

Biens culturels pillés: La France fera des restitutions au Bénin et au Sénégal

France: les députés planchent sur la loi sur la restitution d’œuvres d’art au Bénin et au Sén ...

Sabre, siège royal, statues.: l'Assemblée nationale se prononce mardi sur la restitution de biens culturels au Sénégal et au Bénin, un geste qui veut marquer un renouveau des relations franco-africaines, mais est jugé insuffisant par certains, hasardeux pour d'autres. Le texte doit maintenant être examiné par le Senat.

Le projet de loi s'inscrit dans le cadre de la volonté exprimée par le président Emmanuel Macron en 2017 à Ouagadougou, de refonder les relations culturelles avec l'Afrique. Le transfert au Bénin porte sur 26 pièces du " Trésor de Béhanzin " provenant du pillage des palais d'Abomey en 1892.

26 œuvres, données à l'État par le Général Dodds à la suite de prises de guerre et conservées au musée du Quai Branly-Jacques Chirac, doivent être transférées au Bénin. Le Sénégal va récupérer la propriété d'un sabre et de son fourreau attribués à El-Hadj Omar Tall, grande figure militaire et religieuse ouest-africaine du XIX siècle.

Selon le ministre français du Commerce extérieur, Franck Riester, la restitution de ces "butins de guerre" s'est l'expression d'une "volonté renforcée de coopération" avec le Bénin et le Sénégal.

Le ministre a insisté sur le caractère ponctuel de ces restitutions, qui dérogent au caractère inaliénable des collections françaises, en réponse aux craintes qu'elles n'ouvrent la voie à une multiplication des réclamations et à la perte d'un grand nombre œuvres détenues par les musées français.

"Ce n'est pas un acte de repentance ou de réparation, ni une condamnation du modèle culturel français", mais l'amorce d'un "nouveau chapitre du lien culturel entre la France et l'Afrique", plaide la ministre de la Culture Roselyne Bachelot. Il a expliqué que ces restitutions spécifiques ne " remettent pas en cause l'approche universaliste des musées " de l'hexagone. En effet, cet élu s'est montré favorable à une loi cadre qui favoriserait des " restitutions plus fréquentes et moins complexes à mettre en œuvre ".

Le président béninois Patrice Talon a précédemment déclaré qu'il n'était "pas satisfait" même en se félicitant des "petites mesures" prises par la France.

Le député des Français de l'étranger M'Jid El Guerrab a quant à lui proposé la restitution du burnous de l'émir Abdelkader, " héros de la résistance à la colonisation de l'Algérie " au XIXème siècle, conservé à Paris.

Ces restitutions s'inscrivent dans un " mouvement international qui prend de plus en plus d'ampleur ", et une " réflexion sur le rôle des musées dans le monde ", avait-elle aussi fait valoir.

Dernières nouvelles