Couvre-feu à Berlin pour endiguer l'épidémie

Allemagne: Couvre-feu à Berlin pour endiguer l'épidémie

Couvre-feu imposé dans de grandes villes allemandes

La ville de Berlin impose à partir de samedi la fermeture des bars et restaurants entre 23h00 et 06h00 pour endiguer l'augmentation inquiétante des infections au Covid-19.

À Berlin, ils seront contraints de fermer leurs portes à partir du samedi soir entre 23h00 et 6h00, une plage horaire qui voit généralement des dizaines de milliers de personnes sortir et environ chaque week-end dans la capitale où de nombreux bars restent ouverts tous. nuit.

A Berlin, ce couvre-feu, qui concerne tous les magasins sauf les pharmacies et stations-service, sera en place au moins jusqu'au 31 octobre. La vente d'alcool dans stations service sera interdite.

" Ce n'est pas le moment de faire la fête ", a insisté le maire démocratique de Berlin, Michael Müller". "Nous pouvons et nous voulons empêcher un autre confinement" plus sévère, avait-il ajouté, s'adressant plus particulièrement à la tranche d'âge entre 20 et 40 ans. Berlin est désormais classée "zone à risque". Quant à la ville de Cologne, la capitale de la Rhénanie du nord-Westphalie, la région allemande la plus peuplée, a aussi adopté la même mesure similaire depuis samedi à partir de 22 h (heure locale).

Angela Merkel a plaidé en faveur de cette mesure vendredi, après avoir consulté les maires des 11 plus grandes villes d'Allemagne. La vente d'alcool dans les stations-service sera également prohibée.

" Mais nous devons faire ce qui est le plus important pour nous cet automne et cet hiver", a-t-elle ajouté, fixant comme " priorités " la nécessité de maintenir l'économie en marche et les activités scolaires.

Le collectif des barreaux de Berlin considère la mesure comme " désastreuse " et envisage une éventuelle action en justice. "Je suis à court de mots tellement je ressens de rage et d'indignation", a asséné mercredi un des initiateurs de ce collectif, Roberto Manteufel, devant la commission des affaires économiques de Berlin. Ce couvre-feu, inédit dans la capitale depuis 1949, risque selon lui de porter un "coup de grâce aux bars" et d'entraîner des rassemblements sauvages en extérieur.

Mais l'épidémie est préoccupante dans la capitale, avec plus de 400 nouveaux cas quotidiens. La capitale allemande compte quelque 9.800 de enseignes de restauration, dont plus de 1.700 bars ou pubs, selon des données de 2018 de l'institut Statista.

À Francfort, principale ville du Land de Hesse, la grogne monte aussi.

Pour prévenir ce risque, la ville de Berlin a décidé de restreindre fortement les contacts sociaux. L'association Initiative Gastronomie Francfort menace elle aussi de déposer des recours.

La municipalité a instauré des restrictions de contacts sociaux et ainsi les rassemblements en extérieur ne devront pas excéder 5 personnes entre 23H00 et 06H00 du matin au lieu de 50. Pendant la journée, la limite reste fixée à 50.

Les restrictions sont encore plus fortes pour les rassemblements en salle, qui sont limités à 10 personnes.

Les mesures visent principalement les fêtes à domicile et les célébrations illégales, que les responsables de la ville considèrent comme au centre de la propagation du coronavirus.

" Après trois verres de vin, on respecte un peu moins les gestes barrières ", a lui expliqué Dirk Behrendt, en charge du portefeuille de la Justice pour la ville de Berlin.

Francfort a pris une mesure similaire, qui est entrée en vigueur vendredi soir, avec la fermeture des bars et restaurants et l'interdiction de la vente d'alcool entre 22 heures et 6 heures du matin.

Dernières nouvelles