Un nouveau bonus écologique pour le marché de l’occasion — Voitures électriques

La Renault Zoé voiture électrique la plus vendue en France

La Renault Zoé voiture électrique la plus vendue en France. Crédits: Wikipédia

Actuellement, les voitures électriques d'occasion sont éligibles à la prime à la conversion mais exclus du bonus écologique. Annonçant la création d'un surbonus de 1000 euros dans les DOM où "les véhicules coûtent plus chers qu'en Métropole", le ministre délégué aux Transports, Jean-Baptiste, Djebbari, a annoncé l'introduction d'une aide à destination des véhicules électriques d'occasion.

Ce coup de pouce, accessible sans conditions de ressources, doit "permettre aux ménages les moins aisés d'avoir accès à l'électrique", a souligné le ministre lors d'une conférence de presse. "Les constructeurs ont aujourd'hui des offres performantes, qui commencent à être abordables", a-t-il souligné.

Citroën, Renault, Volkswagen, Nissan ou encore Tesla étaient venus présenter leurs derniers modèles électriques au ministère.

Pour les véhicules électriques neufs, le gouvernement avait déjà annoncé fin septembre qu'il allait raboter de 1 000 euros la prime à l'achat à partir du 1er janvier 2021, pour la faire passer à 6 000 euros. Cependant, les acheteurs ne pourront plus choisir un véhicule diesel. D'autre part, la prime à la casse sera toujours cumulable avec ce bonus. Le gouvernement espère que 100 000 véhicules électriques seront vendus d'ici la fin de l'année, "soit un doublement des ventes par rapport à l'an dernier", précise le ministre. À l'origine, le gouvernement avait fixé un objectif de 100 000 points de recharge, à l'horizon fin 2022. L'idée, selon M. Djebbari, est d'avoir à terme de " grands corridors " bien équipés au niveau européen, en lien avec l'Allemagne et les Pays-Bas notamment.

Ce plan de déploiement se veut tous azimuts, Jean-Baptiste Djebbari annonce en tout cas plus de bornes dans les rues, dans les parkings, les copropriétés, les aéroports ou encore des bornes de recharge ultrarapide sur les aires d'autoroutes...

Total, Engie et la filiale d'EDF Izivia se sont également engagées sur des objectifs chiffrés.

Le président de la métropole du Grand Paris, Patrick Ollier (LR), a lui annoncé le déploiement de 5.000 bornes, avec 5.000 euros donnés à chaque commune par borne installée. "Il s'échelonnera maintenant de 2000 à 9000 euros, en fonction de la puissance des bornes", promet-il. Partagez-le avec vos amis avec les boutons ci-dessous.

Dernières nouvelles