Sidération après l'attaque d'un commissariat à l'artifice — France

Le maire de Saint Max est venu apporter son soutien aux forces de l'ordre lors du rassemblement policier de lundi 12 octobre 2020

France: Un commissariat attaqué par des feux d'artifice

L'attaque du commissariat, situé au coeur de la cité de Bois-L'Abbé, l'un des trois quartiers en Zone de sécurité prioritaire de Champigny-sur-Marne, s'est produite samedi peu avant minuit.

Il est par ailleurs revenu sur le souhait exprimé par Gérald Darmanin d'interdire par une loi la vente au public de mortiers d'artifice. Les deux fonctionnaires ont tout juste eu le temps de se mettre à l'abri dans le sas de sécurité de l'entrée du commissariat. "Depuis les attentats de Charlie Hebdo, on ne cesse d'être sur le terrain, d'être le rempart de la République", a-t-il poursuivi, appelant à "de véritables sanctions pénales".

Connait-on les raisons de cette attaque?

Déjà le mercredi 7, deux policiers en civil ont été grièvement blessés par balle au cours d'une opération à Herblay dans le Val-d'Oise. D'après une source proche de l'enquête, le policier le plus gravement blessé est dans un état stable mais toujours en coma artificiel.

En attendant d'être reçus par Emmanuel Macron, les policiers se sont rassemblés pour demander "une vraie réponse pénale contre les violences perpétrées à l'encontre des effectifs de police", a expliqué Grégory Joron, secrétaire général délégué du syndicat Unité SGP Police FO. "[Nous sommes] très choqués moralement [.] J'étais présent hier, lors de la visite, on s'est entretenu avec le ministre de l'Intérieur [Gérald Darmanin]". Les enquêteurs sont à pied d'œuvre pour identifier les fauteurs de trouble.

"Ce rassemblement, c'est en soutien pour les deux agressions vécues cette semaine".

Rassemblement symbolique ce lundi 13 octobre devant la façade du commissariat central de Nancy
Rassemblement symbolique ce lundi 13 octobre devant la façade du commissariat central de Nancy

"On a affaire à des délinquants qui veulent en découdre avec la police". "On n'est pas passé loin d'une catastrophe ", assure Laurent Jeanne.

Une vidéo publiée sur les réseaux sociaux par la police, montrait un barrage de feux d'artifice en direction de la gare, située dans le quartier connu pour le trafic de drogue.

Comment a réagi la classe politique?

Le président du conseil départemental Christian Favier (PCF) a demandé la création d'un second commissariat dans la ville, déplorant dans un communiqué que "depuis le mois de juillet et l'incendie volontaire (d'un) gymnase, Champigny ait connu "plusieurs autres événements particulièrement inquiétants".

Au-delà de cette attente sur le fond, les syndicats de police estiment que les moyens restent insuffisants dans les commissariats, particulièrement en cette période de crise sanitaire.

Dernières nouvelles