Restrictions de voyage en Europe: les pays membres valident des recommandations communes

Covid-19 : les Européens adoptent des critères communs pour les restrictions de voyage

Coronavirus : l'Europe veut lancer un formulaire de voyage commun à tous les pays membres

Réunis à Luxembourg, les ministres ont approuvé une recommandation relative à une approche coordonnée de la restriction de la libre circulation en réaction à la pandémie de coronavirus au sein de l'UE. Les pays qui jugent nécessaire d'introduire des restrictions peuvent exiger que les voyageurs provenant de zones non vertes se soumettent à une quarantaine ou à un test de dépistage du coronavirus.

En revanche, le ministre des Affaires étrangères du Luxembourg Jean Asselborn, dont le pays s'est abstenu, a estimé que le texte devait être "complété et approfondi", en ajoutant d'autres critères, dont le nombre de tests, les résultats, le taux de mortalité, la situation des hôpitaux, le nombre de lits en soins intensifs.

Deux critères sont retenus pour déterminer le classement d'une zone en vert, orange ou rouge: le nombre de nouveaux cas pour 100 000 habitants sur les 14 derniers jours, et le taux de positivité des tests de dépistage.

Zone verte Si le taux d'infection sur 14 jours est inférieur à 25 (sur 100.000 habitants) et que le taux de positivité des tests est inférieur à 4%, et aucune restriction ne devrait s'appliquer.

Lorsqu'ils voyagent à partir de régions classées "orange" ou "rouge", les voyageurs peuvent s'attendre à ce que des mesures restrictives soient imposées.

Il a affirmé que son pays était "puni" pour sa politique de tests à grande échelle.

Les pays de l'UE ont également convenu de fournir des informations en temps opportun à leurs voisins sur les nouvelles restrictions - si possible 48 heures à l'avance - et de développer un formulaire de localisation de passagers harmonisé pour tous les moyens de transport.

Les Etats membres ne doivent pas refuser l'entrée sur leur territoire de voyageurs venant d'un autre pays de l'UE - ce que fait actuellement la Hongrie tout en prévoyant certaines exceptions pour les citoyens tchèques, polonais et slovaques.

Le texte prévoit que les résultats des tests doivent être reconnus mutuellement.

La mise en place d'un formulaire européen unique à remplir par les voyageurs est également prévu. Les régions où le taux de cas notifiés en 14 jours sera supérieur à 150 seront aussi marquées en rouge, indépendamment du taux de tests positifs.

En attendant de suivre ou pas cette recommandation, certains pays mettent en place des mesures et restrictions envers les voyageurs de l'Union européenne, selon leurs propres critères.

Le secteur, plongé dans la crise par la pandémie, se plaint depuis des mois des mesures en patchwork prises par les pays européens qui sapent la libre circulation dans l'Union.

Plus de 6,2 millions de cas de COVID-19 et près de 240.000 morts ont été signalés en Europe où la propagation du COVID-19 est accentuée. Les personnes en déplacement pour le travail, exerçant des fonctions jugées essentielles, seront dispensées de quarantaine.

Pour rappel, l'Algérie est toujours maintenue dans la liste des pays de zone rouge, c'est-à-dire, des pays à haut risque, par plusieurs pays de l'Union Européenne, selon la dernière mise à jour de la liste établie par ces pays.

Dernières nouvelles