Coronavirus : pourquoi Macron pourrait annoncer le retour de l'état d'urgence sanitaire

L'état d'urgence sanitaire, nécessaire à la mise en place du couvre-feu, réinstauré à partir de samedi

C’est quoi l’état d’urgence sanitaire?

L'aggravation de l'épidémie, qualifiée de "catastrophe sanitaire", "justifie que l'état d'urgence sanitaire soit déclaré afin que les mesures strictement proportionnées aux risques sanitaires encourus puissent être prises", indique le compte-rendu du Conseil des ministres. L'exécutif voudrait que ce couvre-feu soit d'application à partir de 21 heures. C'est ce qui a donc été fait ce mercredi 14 octobre par le gouvernement.

Pour faire face à l'épidémie de coronavirus, le gouvernement peut décréter l'état d'urgence sanitaire sur tout ou partie du territoire. Cette mesure avait pris fin le 10 juillet. La Guyane a été le premier territoire à instaurer un couvre-feu, suite aux décisions prises par le préfet Marc Del Grande.

Signe de possibles mesures à venir, le Conseil des ministres a, selon une source parlementaire, examiné mercredi matin un décret permettant de réinstaurer dès ce vendredi minuit l'état d'urgence sanitaire, qui offre un cadre juridique permettant d'encadrer certaines restrictions. Il s'agit d'un record absolu depuis le début de l'épidémie en mars dernier. Emmanuel Macron a justifié ces mesures en rappelant que "l'objectif, c'est de pouvoir continuer à avoir une vie économique, à fonctionner, à travailler à ce que les écoles, les universités soient ouvertes et fonctionnent, à ce que nos concitoyens puissent travailler normalement, à ce qu'il puisse y avoir évidemment une vie sociale, mais en réduire les aspérités".

Ce mercredi soir, le Président Emmanuel Macron, qui a présidé mardi un Conseil de défense consacré à la situation épidémiologique dans le pays, doit intervenir dans le cadre d'une allocution télévisée très attendue, au cours de laquelle il devra annoncer de nouvelles restrictions pour lutter contre le Covid-19, alors que la situation sanitaire ne cesse de se dégrader avec désormais 9 métropoles placées " zone d'alerte maximale " en raison d'une circulation très active du virus.

Dernières nouvelles