Enseignant décapité dans les Yvelines

Des messages d'hommage à Samuel Paty devant le collège du Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine

Des messages d'hommage à Samuel Paty devant le collège du Bois d'Aulne de Conflans-Sainte-Honorine. AFP

"Un de nos concitoyens a été assassiné aujourd'hui parce qu'il enseignait, parce qu'il apprenait à des élèves la liberté d'expression, la liberté de croire et de ne pas croire", a dit le président, l'air sombre, devant le collège du Bois d'Aulne où la victime enseignait.

Les syndicats de professeurs s'indignent eux aussi des événements et appellent à une minute de silence à 11h demain dans les établissements scolaires ouverts. "La victime aurait, selon M. Arenas, " invité les élèves musulmans à sortir de la classe " avant de montrer une caricature du prophète accroupi avec une étoile dessinée sur ses fesses et l'inscription " une étoile est née ". Il n'était pas fiché S ni inscrit au FSPRT (Fichier des signalements pour la prévention de la radicalisation à caractère terroriste) mais connu des services de police comme l'avons révélé.

Le chef de l'État, accompagné du ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, et de la ministre déléguée à la Citoyenneté, Marlène Schiappa, et rejoint ensuite par le ministre de l'Intérieur Gérald Darmanin, a pu échanger avec les enseignants de l'établissement, avant de faire une déclaration. Les faits se sont déroulés vers 17h00, près du collège du Bois d'Aulne de Conflans Sainte-Honorine, selon une source policière.

En déplacement à Conflans-Sainte-Honorine, le Président de la République a déclaré que l'enseignant décapité avait été victime d'un attentat terroriste islamiste caractérisé et a appelé la nation à être unie. L'homme avait bien montré, il y a quelques jours, des caricatures du prophète Mahomet durant un cours, comme nous l'avons révélé. " A Macron, le dirigeant des infidèles, j'ai exécuté un de tes chiens de l'enfer qui a osé rabaisser Muhammad ", a-t-il écrit.

18h54. L'assaillant est décédé.

18h47. Le parquet national antiterroriste (PNAT) se saisit de l'affaire.

Un homme a été décapité ce vendredi après-midi en région parisienne. Un homme a été décapité dans la rue du Buisson Moineau.

Le suspect pris en chasse a été stoppé par des policiers d'une équipe de la BAC, la brigade anti-criminalité, sur le territoire de la commune limitrophe d'Eragny, dans le Val d'Oise. L'auteur des faits aurait une ceinture qui laisse penser qu'il s'agit d'explosifs. Il aurait reçu des menaces, selon des informations de CNews.

Dernières nouvelles