Fukushima: le Japon envisage de rejeter à la mer de l'eau contaminée

Environ 1,23 million de tonnes d’eau contaminée sont actuellement stockées dans plus d’un millier de citernes à proximité de la centrale nucléaire

Japon: vers la légalisation du rejet à la mer d'eau contaminée de Fukushima

D'ici fin octobre, le pays se décidera, soulige Sputnik, à déverser dans l'océan les eaux issues des opérations de refroidissement des réacteurs endommagés de la centrale nucléaire de Fukushima, ceci en dépit des craintes exprimées par des pays voisins. Mais "nous ne pouvons pas reporter une décision [sur cette eau contaminée, ndlr], afin d'éviter que les travaux de démantèlement de la centrale nucléaire de Fukushima Daiichi soient retardés", a-t-il ajouté.

Enfin, le rejet dans la mer inquiète au niveau international, notamment des nations comme la Corée du Sud et une vingtaine d'autres, qui avaient déjà fortement limité les importations de certains produits agricoles et de pêche japonais. Le Japon s'apprête à rejeter dans la mer de l'eau contaminée, stockée dans plus d'un millier de réservoirs.

La centrale, gérée par Tokyo Electric Power Company, a subi de multiples effondrements nucléaires après un tremblement de terre et un tsunami en 2011.

Vendredi, le ministre japonais de l'Industrie, Hiroshi Kajiyama, a déclaré qu'aucune décision sur l'évacuation de l'eau n'avait encore été prise, mais que le gouvernement entendait se prononcer rapidement.

Il n'a pas donné plus de détails, y compris un calendrier.

Le journal Asahi a rapporté qu'une telle libération devrait prendre environ deux ans à se préparer, car l'eau irradiée du site doit d'abord passer par un processus de filtration avant de pouvoir être davantage diluée avec de l'eau de mer et finalement rejetée dans l'océan.

Tokyo Electric a déclaré prévoir d'éliminer toutes les particules radioactives de l'eau, à l'exception du tritium, un des isotopes de l'hydrogène difficile à séparer et considéré comme relativement inoffensif. L'Agence internationale de l'énergie atomique (AIEA) plaide également pour l'option de la dilution en mer. L'AIEA a déclaré que les deux options étaient utilisées par l'exploitation de centrales nucléaires.

La semaine dernière, des représentants de l'industrie japonaise de la pêche ont exhorté le gouvernement à ne pas permettre le rejet d'eau contaminée de l'usine de Fukushima dans la mer, affirmant que cela annulerait des années de travail pour restaurer leur réputation.

Depuis le tsunami de 2011, les réacteurs de l'usine de Fukushima sont refroidis à l'eau.

Dernières nouvelles