Hommage au professeur Samuel Paty : l'illustration de Catel

Politique

Politique

L'émotion était encore vive en France et à Laval, trois jours après l'assassinat de Samuel Paty.

Depuis ce lundi matin, plusieurs opérations de police sont en cours, "contre des individus de la mouvance islamiste" a expliqué le ministre de l'Intérieur chez nos confrères d'Europe 1. "Plusieurs d'entres elles, à ma proposition puisque le président de la République l'a demandé, se verront dissoudre au Conseil des ministres", a ajouté Gérald Darmanin. Près de 80 enquêtes ont aussi été ouvertes "pour haine en ligne".

"Le ministre a dit souhaiter la dissolution du CCIF, selon lui " manifestement impliquée " et dont " un certain nombre d'éléments nous permettent de penser que c'est un ennemi de la République ".

"Une cinquantaine de structures associatives - 51, exactement - verront toute la semaine un certain nombre de visites des services de l'Etat". Son président, Driss Yemmou - dit Idriss Sihamedi - a été placé jeudi sous contrôle judiciaire dans le cadre d'une enquête pour harcèlement sur les réseaux sociaux.

Les deux hommes font partie des onze personnes gardées à vue dans l'enquête sur cet attentat perpétré vendredi par un Russe tchétchène de 18 ans. L'association, dont le compte Facebook est suivi par plus de 715 000 personnes, suscite un fort engouement chez beaucoup de jeunes croyants mais aussi la suspicion pour ses prises de positions parfois radicales. Le chef de l'Etat a témoigné de son soutien aux proches de ce professeur d'histoire-géographie, assassiné vendredi, qui avait choisi de montrer des caricatures de Mahomet à ses élèves.

Dernières nouvelles