De nouveaux organes découverts dans la tête

010 salivary glands 1

Découverte d'un possible nouvel organe au centre de notre tête

Niché à l'arrière du nasopharynx, il présente toutes les caractéristiques des glandes salivaires.

Ces glandes microscopiques ont été identifiées par accident, alors que des médecins examinaient le cerveau de patients atteints d'un cancer de la prostate, par le biais d'un scanner PSMA-PET/CT. Les chercheurs ont publié leurs résultats dans l'édition de septembre du Radiotherapy and Oncology Journal. D'où l'immense surprise des médecins en découvrant ces deux grosses glandes.

Les glandes salivaires produisent la salive essentielle au fonctionnement de notre système digestif, la majeure partie du liquide étant produite par les trois principales glandes salivaires, appelées parotide, sous-mandibulaire et sublinguale.

La découverte de l'équipe du Dr Vogel pourrait constituer un quatrième ensemble de glandes salivaires majeures, négligé jusqu'à aujourd'hui.

Tout livre d'anatomie moderne ne montrera que trois principaux types de glandes salivaires: une placée près des oreilles, une autre sous la mâchoire et une autre sous la langue rappelle le New York Times. "Au nombre de 1.000, elles sont réparties équitablement sur la muqueuse, généralement trop petites pour être vues sans microscope".

Les nouvelles glandes ont été baptisées glandes tubariales du fait de leur emplacement au niveau du torus tubarius. Ils possédaient tous ce "nouvel" organe qu'ils ont appelé les glandes tubariennes. Un repérage qui ne leur a pas semblé anodin puisqu'il a été constaté sur une centaine de volontaires étudiés et deux cadavres (un homme et une femme).

"Cette structure ne correspondait pas aux descriptions anatomiques antérieures", soulignent les auteurs de l'étude.

Vidéo: la découverte des chercheurs en imagesPourquoi ces glandes n'ont-elles pas été découvertes plus tôt?

Des chercheurs ont peut-être trouvé une nouvelle catégorie d'organes dans le crâne humain.

Il est possible que des orifices - correspondant à l'entrée des canaux nasopharyngés - aient déjà été remarqués. Seules les nouvelles techniques d'imagerie PSMA-PET/CT ont été capables de les détecter.

Dernières nouvelles