Un dernier débat Trump-Biden musclé mais plus cordial — Présidentielle américaine

Présidentielle américaine 2020 second et dernier face-à-face plus apaisé et discipliné entre Donald Trump et Joe Biden

Présidentielle américaine 2020 : Barack Obama entre en scène et agonit Donald Trump

En ouverture de ce débat présenté par la journaliste Kristen Welker, Joe Biden a étrillé Donald Trump sur sa gestion de la crise du coronavirus. Le président sortant concentre ses forces sur des Etats comme l'Arizona, la Floride, la Caroline du Nord ou la Pennsylvanie, ces "Swing States" qui seront décisifs dans la course au 270 grands électeurs nécessaires pour être élu par le Collège électoral (qui compte au total 538 membres désignés Etat par Etat). Le candidat démocrate a prédit "un hiver sombre" pour le pays le plus endeuillé au monde, avec plus de 222 000 décès dus au coronavirus.

Kim Jong-un, un nouvel Hitler?

La veille, ces deux questions ont été au centre du débat entre les deux septuagénaires devant des millions de téléspectateurs.

Cet affrontement Trump-Biden devait être la troisième, mais le précédent a été annulé après le refus du candidat républicain de souscrire à la décision de la commission des débats présidentiels de tenir l'événement de façon virtuelle, dans la foulée de son diagnostic de COVID-19. "Ce n'est pas vrai, pas vrai ", a-t-il dit à plusieurs reprises. "Il détruit l'industrie pétrolière. Vous vous souviendrez de ça, au Texas?"

Le thème de la Cour suprême, inscrit au premier débat, a été évincé du libellé du programme, mais le candidat démocrate sera sans doute interrogé sur sa position quant à l'expansion de la Cour suprême, que réclament les progressistes dans la foulée de la confirmation attendue de la nomination d'une sixième juge conservatrice à la Cour suprême. "Pas cette fois! Pas lors de cette élection!", a-t-il martelé, à 13 jours du scrutin.Dans un réquisitoire cinglant contre son successeur, Barack Obama a dénoncé un président qui s'est montré incapable de prendre son poste "au sérieux". "C'est une sacrée déclaration", s'est moqué le républicain. "En Ohio? En Pennsylvanie?"

En face, Donald Trump, qui tient régulièrement des propos climato-sceptiques a assuré que les Etats-Unis n'avaient pas bénéficié d'un air et d'une eau aussi "propres" depuis des années. C'est une industrie qui coute cher, et les éoliennes tuent tous les oiseaux.

Sans coupures de parole intempestives, du fait notamment de nouvelles règles, ce second débat a permis des échanges plus constructifs sur un éventail de sujets comme l'économie, le changement climatique, les questions raciales, le système de santé et l'immigration. La Chine est passée devant les États-Unis au rang de premier pollueur mondial.

Ce dernier a régulièrement fait part de son exaspération face aux déclarations de Donald Trump.

Le candidat démocrate à la Maison Blanche accuse Donald Trump d'avoir mené une politique " criminelle " vis-à-vis des enfants migrants.

Affaire Hunter Biden: "N'essayez pas de vous présenter innocent comme un nouveau-né!"

L'intervention de Barack Obama, mercredi soir à Philadelphie, a comblé un peu du vide laissé par celui qui fut son vice-président entre janvier 2009 et janvier 2017.

Joe Biden a accusé Donald Trump d'être l'"un des présidents les plus racistes" de l'histoire et lui a reproché de mettre "de l'huile sur chaque feu raciste".

Joe Biden déclare qu'il y a "un racisme institutionnel en Amérique". "Mon fils n'a pas gagné d'argent avec ce truc. en Chine", a-t-il assuré, en renvoyant la balle vers l'ancien magnat de l'immobiliser: "Le seul type qui ait gagné de l'argent en Chine c'est ce gars!" ", a observé Donald Trump, en référence aux États clés de l'élection, sans offrir de solutions pour protéger ces communautés".

Dernières nouvelles