Assassinat de Samuel Paty: quel discours tenir aux élèves à la rentrée?

Assassinat de Samuel Paty quel discours tenir aux élèves à la rentrée

La mémoire de Samuel Paty ici saluée à Montpellier, mercredi

Au lendemain de l'hommage de la nation, dans la Cour de la Sorbonne à Paris, et alors que les derniers éléments de l'enquête ont permis d'établir un lien entre le meurtrier et un jihadiste russophone en Syrie, la communauté éducative se tourne vers le retour des élèves, le 2 novembre.

Cela signifierait que les élèves, de la maternelle au lycée, ne pourraient potentiellement pas être accueillis dès 8h le 2 novembre.

Les syndicats s'interrogent également sur la place à accorder, lors de cette journée, aux élus à qui le ministre de l'Education Jean-Michel Blanquer a demandé "d'être présents auprès des professeurs".

Plus de 250 personnes ont répondu à l'appel lancé la veille par Didier Codorniou à le rejoindre mercredi à midi sur le parvis de l'école pour rendre hommage à Samuel Paty, 47 ans, sauvagement assassiné en pleine rue, en région parisienne, suite à un cours d'éducation morale et civique portant sur la liberté d'expression. Après une minute de silence, les 200 personnes réunies ont longuement applaudi, les yeux rivés sur le portrait de Samuel Paty, rendant ainsi un dernier hommage au professeur d'histoire fauché par un terroriste islamiste le 16 octobre dernier à Conflans-Sainte-Honorine.

Dans ce message ponctué d'épithètes coraniques, dont l'AFP a eu connaissance et qui a été authentifié par les enquêteurs, l'assaillant explique avoir "vengé le prophète", en reprochant à Samuel Paty de l'avoir "montré de manière insultante". Ce message a été relayé dans une vidéo diffusée sur Instagram.

Elle y était enfin, "mais pas avec ces vautours qui instrumentalisent le meurtre de Samuel Paty et donnent un perchoir toujours plus grand aux corbeaux de mauvais augure, porteurs de haine et xénophobie croissante, pour mieux justifier leur politique réactionnaire". Il contient aussi deux mots faisant référence à l'organisation État islamique.

Auditionné devant le Sénat hier matin, Jean-Michel Blanquer a indiqué que le rapport commandé auprès de l'Inspection générale de l'Éducation nationale pour établir l'enchaînement des faits au collège de Conflans-Sainte-Honorine devrait lui être remis "en début de semaine prochaine". Le Grenelle de l'éducation devrait déboucher dans trois mois sur une augmentation des salaires des enseignants ou encore sur des mesures de protection supplémentaires.

Dernières nouvelles